Linux : bientôt de nouvelles règles de développement

Cloud

Le processus de développement de Linux devrait prochainement obéir à de nouvelles règles afin de garantir la légalité des contributions. Une conséquence directe du conflit opposant SCO à IBM.

Le créateur de Linux, Linus Torvald, propose de modifier le processus de développement du noyau du système d’exploitation libre et d’élaboration de la documentation associée. Objectif : identifier sans ambiguïté les contributeurs et les responsabiliser en leur demandant de certifier que le code proposé est bien libre de droit. Bien sûr, cette initiative n’est pas sans lien avec le procès intenté à IBM par SCO Group pour violation de ses droits à la propriété intellectuelle sur un des noyaux d’Unix au titre de sa contribution au développement de Linux, procès dans le cadre duquel Linus Torvald est personnellement cité à comparaître (voir édition du 21 mai 2004). Très clairement, un des enjeux de sa proposition est qu’un tel conflit juridique ne se reproduise pas à l’avenir.

Rassurer les entreprises

Mais, même sans l’affaire SCO, il est probable que cette réforme serait néanmoins intervenue. Au fur et à mesure que Linux s’impose au coeur du système d’information des entreprises, il importe en effet d’apporter à ces dernières des gages de sérieux et de transparence. Il s’agit donc de restaurer un climat de confiance afin que les entreprises n’attendent pas l’issue du procès SCO contre IBM pour aller plus avant dans le déploiement de projets autour de Linux. Bien que cette réforme fasse encore l’objet d’un débat parmi les développeurs du noyau, Linus Torvald pense néanmoins que sa proposition devrait être adoptée et mise en oeuvre à temps pour le développement de la version 2.7 du noyau. Cela dit, s’il est incontestable qu’elle contribuera à garantir la légalité des contributions futures à Linux, elle ne clarifiera pas pour autant le statut juridique du code actuellement utilisé.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur