Linux gagne des cordes à son arc

Cloud

Linux continue son irrésistible ascension avec le soutien des plus grands acteurs de l’industrie qui lui apportent des technologies clés : SGI lui offre son système de fichiers 64 bits XFS, Novell une version native de son annuaire NDS 8, et IBM des pilotes compatibles avec son matériel.

L’Unix libre créé par Linus Torvalds n’en finit plus de gagner en crédibilité. Après lui avoir apporté un soutien financier important, l’industrie contribue désormais au développement du système d’exploitation en déposant dans l’Open Source ses technologies les plus prometteuses.

SGI ?ex Silicon Graphics Inc.- vient d’annoncer qu’il offrait à la communauté Linux le code source de XFS, le système de fichiers d’Irix, son Unix maison. Implémenté sur 64 bits, XFS permet de stocker jusqu’à 18 millions de Teraoctets de données avec des fichiers pouvant peser 9 millions de Teraoctets. A la différence de l’actuel système de fichiers de Linux, il est journalisé, c’est-à-dire qu’il tient à jour un historique indexé des fichiers et des modifications opérées sur le disque, ce qui permet de récupérer des données beaucoup plus facilement en cas de crash disque. Une lacune qui empêche certaines sociétés de choisir Linux pour leurs applications critique. Avec XFS, SGI sait qu’il adresse un point faible du système et il espère en profiter pour populariser sa technologie via l’OS libre.

Dans un autre registre, Novell, le premier éditeur mondial de logiciels réseau, après avoir investi dans le capital de la société Red Hat (voir édition du 10 mars 1999), a annoncé qu’il proposerait en fin d’année le support natif pour Linux de son annuaire Novell Directory Services 8.0 (NDS). L’objectif est le même : en offrant NDS 8 à la communauté Linux, Novell cherche à renforcer sa position sur le marché des annuaires réseau dont il prévoit qu’il pèsera 10 milliards de dollars en 2002.

Enfin, IBM, lui aussi investisseur dans Red Hat (voir édition du 19 février 1999), a annoncé qu’il développerait du code gratuitement pour Linux dans le cadre de l’Open Source. “Nous allons investir massivement pour contribuer au développement de code Linux car sinon nous n’aurions pas annoncé le support de Linux pour le RS/6000”, explique Tony Occleshaw de la division système d’exploitation d’IBM. Il ajoute que des développeurs qui travaillent actuellement sur AIX ?l’Unix d’IBM- vont être chargés d’écrire des pilotes pour le matériel d’IBM mais aussi d’améliorer le noyau du système et ses principaux composants. Selon Occleshaw, “la marge de manoeuvre de l’équipe sera limitée car il nous faudra protéger certaines technologies tout en offrant du code de qualité”. Ce travail “aidera Linux à converger avec AIX et offrira une plus grande compatibilité”, confie-t-il.

Avec un tel soutien, Linux, qui est déjà estimé pour sa stabilité et ses performances, devrait combler les lacunes que lui reproche l’industrie et s’imposer encore plus rapidement.

IDC prévoit que Linux aura une croissance annuelle en entreprise de 25 % ces 5 prochaines années (voir édition du 1er avril 1999).

Pour en savoir plus :

* http://www.sgi.com (US)

* http://www.novell.com (US)

* http://www.ibm.com (US).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur