Linux peut-il être piraté ?

Cloud

A l’occasion d’un débat sur l’internationalisation de Linux au Comdex, des spécialistes, dont Linus Torvalds et John ‘maddog’ Hall, ont essayé de répondre à la question du piratage de Linux.

“C’est la piraterie qui a amené l’industrie informatique là où elle en est aujourd’hui, cela a conduit à créer des standards”, a déclaré Linus Torvalds, créateur du système Linux, sous-entendant que le piratage participait au développement de l’industrie informatique. “C’est pourquoi de nombreuses entreprises sont devenues si ordinaires. Aujourd’hui, elles n’ont plus besoin de la piraterie, c’est pourquoi elle veulent l’écraser”.

L’Open source protège Linux de la piraterie

Il a ajouté que l’Open source rendait Linux moins vulnérable à la piraterie. “Vous pouvez copier des CD-Rom sans pour autant tricher. Il y a un découragement à tricher puisque ce n’est pas illégal en soi.”. Le piratage de Linux n’est pas un concept défini dans la mesure où le noyau est librement disponible. La question se justifie plus pour les développements réalisés autour du noyau et les licences apposées aux systèmes d’exploitation des différentes distributions.

On aurait aussi pu débattre des droits d’auteur pour les produits Linux réalisés dans le cadre de l’Open source et dont la protection possible est le modèle GPL (General Public Licence). Mais les participants sont tombés d’accord sur le fait que ces droits reposent sur la bonne foi des développeurs. Selon John Hall, directeur de Linux International, les développeurs ont peur du modèle GPL, “car ils sont terrifiés par l’idée de céder gracieusement leur travail”. Des interrogations ont également été émises autour du développement du GPL dans certains marchés comme l’Espagne.

Vers une fragmentation de l’OS libre ?

Linus Torvalds a également mené le débat vers une question très intéressante : celle du risque de fragmentation de Linux vers une multitude de versions propriétaires, phénomène qui a porté atteinte au marché Unix. “Nous verrons certainement des fragmentations du programme”, a-t-il dit, “il y aura des développeurs qui travailleront dans des domaines très spécialisés et ils seront loin des préoccupations des concepteurs de PDA. Ces deux types d’ingénieurs ne se rencontreront probablement jamais. Il y a des synergies mais cela ne signifie pas qu’ils utiliseront les mêmes outils. Les problèmes surgissent quand on commence à entrer en concurrence… c’est ce qui est arrivé à Unix”, a-t-il conclu.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur