Linux reçoit l’appui du géant IBM

Cloud

IBM vient d’apporter un soutien massif à l’Unix libre en annonçant que l’éditeur Red Hat fournirait le support technique d’une distribution qui équipera ses PC et ses serveurs.

Jusqu’où ira Linux ? Le système d’exploitation libre vient de recevoir un soutien peut-être décisif du géant IBM. Celui-ci a en effet annoncé que Red Hat qui fournit une des principales distributions de Linux allait assurer le support technique d’une version spéciale de l’OS libre optimisée pour ses serveurs et ses PC.

L’an dernier, Big Blue avait porté sa base de données DB2 sous Linux (voir édition du 29 septembre 1999) et laissé entendre qu’il irait plus loin par la suite. Toutefois, son annonce a surpris la majorité des analystes qui ne s’attendaient pas à ce qu’il annonce une version du système optimisée pour ses serveurs et surtout pour ses PC de bureaux et ses portatifs.

L’accord signé avec Red Hat prévoit en effet que les deux sociétés vont travailler main dans la main pour optimiser Red Hat sur les machines d’IBM. La version 5 de Red Hat est déjà optimisée pour les processeurs x86 qui équipent les PC du géant aussi les travaux porteront essentiellement sur le matériel propriétaire d’IBM.

Big Blue va d’abord commercialiser Red Hat Linux sur sa gamme de serveurs Netfinity. Celui bénéficiera du programme Server Start up, c’est-à-dire que comme avec Windows NT, OS/2, SCO Unixware et Novell Netware, les clients auront le droit à un support technique gratuit pendant les 90 premiers jours.

Ce soutien apporté par IBM à l’OS libre couronne une longue série de ralliements. L’année dernière, plusieurs grands éditeurs dont Oracle et Informix (voir éditions du 11 septembre et du 9 octobre 1998), avaient annoncé qu’ils portaient leurs produits sur la plate-forme Linux. Cette année, c’est au tour des constructeurs de s’y mettre. Il y a trois semaines, Hewlett-Packard et Silicon Graphics ont annoncé qu’il supporterait Red Hat Linux sur certaines plate-formes (voir édition du 29 janvier 1999) tandis que Dell assurait que certains de ses serveurs et de ses stations de travail seraient bientôt équipés de l’OS libre. Aujourd’hui des rumeurs annoncent le ralliement éventuel de Compaq.

Concernant l’annonce d’IBM, de nombreux analystes pensent malgré tout que le fait de supporter Linux va générer plusieurs conflits d’intérêt pour le géant. L’année dernière, Big Blue s’est en effet associé à SCO pour développer un système d’exploitation commun en version 32 et 64 bits, connu sous le nom de Monterey (voir édition du 26 octobre 1998). En outre, Big Blue soutient aussi de nombreux autres systèmes comme OS/400, OS/2 et Windows NT.

Pour Dan Kusnetsky, analyste chez IDC, “IBM a tout intérêt à défendre son propre Unix en priorité. C’est un véritable défi qu’il va devoir relever. A mon avis, c’est un peu comme mettre son orteil sous l’eau de la douche pour voir si elle ne brûle pas”. Et il ajoute que Linux a représenté plus de 17% en volume des systèmes d’exploitation vendus en 1998.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur