L’iPod déchaîne une vague médiatique

Mobilité

Le petit lecteur MP3 d’Apple fait couler beaucoup d’encre. Depuis son introduction sur le marché, les commentaires vont dans tous les sens, mais deux critiques principales émergent : son prix jugé excessif et son incompatibilité avec Windows. Le chef de produit Apple responsable de l’iPod monte au créneau. Mais il n’est pas le seul : certains fans de Mac commencent à défendre l’appareil bec et ongles, avec des tas d’idées.

S’il y a bien un lancement de produit qui aura fait parler de lui aux Etats-Unis et ailleurs, outre les deux dinosaures médiatiques que sont le nouvel album de Michael Jackson et le système d’exploitation Windows XP de Microsoft, c’est bien le lecteur de MP3 iPod d’Apple (voir édition du 24 octobre 2001). Tous les grands quotidiens et magazines nationaux américains en ont parlé, les rumeurs les plus folles circulent sur le sujet. Le responsable produit de l’iPod, Greg Joswiak, en est venu à monter au créneau pour défendre son bébé. Et de souligner que si Apple se lançait sur ce créneau, c’est parce qu’il n’y avait pas de réel leader et que les acteurs présents ne présentaient pas de bons produits. Avec l’iPod, Apple s’est concentrée sur trois avancées majeures : l’ultra-portabilité, la facilité d’utilisation et la synchronisation audio. “Nous voulions quelque chose que tout le monde puisse utiliser. Les autres produits de cette niche [de marché] peuvent être difficiles à utiliser et non intuitifs. On apprend à utiliser l’iPod en une minute”, a insisté Greg Joswiak à nos confrères de MacCentral. “Il n’y a pas de configuration spéciale ou de mise au point difficile. Sur le prix aussi (voir édition du 26 octobre 2001), ce responsable d’Apple cherche à démarquer son produit : “Nous savions qu’il fallait l’introduire dans la gamme de prix du grand public (?). Il y a d’autres juke-box MP3 qui coûtent ce prix. Et pour ceux qui ne l’atteignent pas, mais qui utilisent des cartes de stockage, il ne faut pas attendre longtemps pour atteindre ce prix à capacité de stockage comparable.” Il existe tout de même des produits concurrents disposant de capacités de stockage supérieures pour un prix similaire.

Les commentaires ne tarissent toutefois pas depuis la semaine dernière sur ce produit. Une revue de fond n’apparaît pas possible, mais notons que le spécialiste et auteur Bob LeVitus, un érudit du Mac, a déjà réussi à trouver quel stratagème Apple avait employé pour “cacher” les fichiers MP3 utilisés par la fonction baladeur de l’appareil. La méthode employée permet à l’appareil de ne lire les fichiers musicaux importés que s’ils lui sont transférés par le biais d’iTunes. Les fichiers MP3 copiés directement sur le disque ne peuvent être lus. En revanche, on perçoit rapidement les limites de ce que Steve Jobs et Apple ont appelé le système d’antipiratage de la musique.

La surprise du chef

Dans la catégorie “petits secrets”, l’iPod contient aussi un easter egg (une fonction cachée) amusant : un jeu programmé par Steve Wozniak et Steve Jobs pour Atari avant la fondation d’Apple, Breakout, un simple casse-briques auquel on joue avec la roue de sélection de l’appareil.

Au-delà de l’anecdote, l’iPod semble intéresser la majeure partie des fanatiques du Mac : à l’ouverture de nouveaux magasins aux Etats-Unis ce week-end, ceux-ci ont été désertés le temps de la présentation du lecteur dans l’espace de l’échoppe prévu à cet effet. Un pouvoir d’attraction qui ne laisse toujours pas indifférents les utilisateurs de Windows. Une rumeur d’un portage prochain d’iTunes sur PC court déjà le Web, sans toutefois paraître vraisemblable. Les forums ne manquent désormais pas de fanatiques qui défendent l’iPod ardemment, certains exagérant sans doute les possibilités de l’appareil. Mais on retrouve généralement l’idée que cet appareil n’est pas seulement un baladeur, mais qu’il peut également servir de système de stockage, de disque de démarrage ou de système de sauvegarde simple d’utilisation. Sans parler des utilisateurs qui se voient déjà rouler sur les autoroutes interminables du Middle West pendant les 10 heures de temps que dure la batterie. Il paraîtrait même que des fournisseurs de produits tiers se prépareraient à fournir des cordons de recharge adaptés aux allume-cigares ou des pochettes de transport à accrocher à la ceinture. Ce baladeur n’a donc pas fini de faire parler de lui…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur