L’ITU veut éradiquer le spam d’ici deux ans

Mobilité

A l’occasion de sa conférence sur le spam, l’organisme spécialisé dans les télécoms a appelé à une coopération internationale pour venir à bout de ce qu’elle qualifie d’épidémie.

Les membres de l’ITU (International Telecommunication Union) présents lors de la dernière conférence sur le spam ont appelé de leurs voeux une législation mondiale plus sévère contre ce fléau qui pourrait ainsi, selon eux, être éradiqué d’ici deux ans. L’ITU avait réuni à Genève les organismes régulateurs de 60 pays ainsi qu’un certain nombre d’organisations internationales – parmi lesquelles l’Organisation Internationale du Travail et le Conseil de l’Europe – pour discuter de ce problème.

“Nous sommes face à une épidémie que nous devons apprendre à contrôler. Notre but final est d’obtenir une coopération internationale”, a déclaré Robert Horton, responsable par intérim de l’Australian Communications Authority et président de la conférence, selon Associated Press. Les intervenants ont expliqué que l’augmentation exponentielle des coûts liés au spam – actuellement estimés à 25 milliards de dollars par an – pourrait créer un phénomène de rejet vis-à-vis de l’Internet.

Un vide juridique

L’ITU affirme que 85 % des e-mails envoyés peuvent être considérés comme du spam et que la première priorité est de combattre les contenus pornographiques auxquels des enfants pourraient avoir accès. Mais beaucoup de pays ne disposent pas d’une législation en la matière, c’est pourquoi il est très difficile d’identifier et de traîner en justice les personnes responsables de ces envois. L’ITU souhaite proposer des exemples de législations antispam que les pays pourraient adopter pour faciliter la coopération internationale.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur