Livraison : Amazon croquerait bien Colis Privé

E-commerceEntrepriseFusions-acquisitionsMarketing
amazon-colis privé
2 20

Amazon serait prêt à finaliser l’acquisition de 100% du capital du spécialiste français de la livraison de colis Colis Privé. Un rachat gagnant-gagnant ?

Ce n’est pas un secret : Amazon cherche encore à gagner en agilité et en indépendance sur le secteur de la livraison de colis. En octobre dernier, le groupe américain d’e-commerce avait annoncé sa volonté de prendre les commandes du Français Colis Privé.

Le projet se concrétise aujourd’hui : selon The Seattle Times, Amazon serait sur le point de finaliser l’acquisition de 75% du capital de Colis Privé, sachant qu’il avait déjà pris position en 2014 en acquérant 25% du capital de l’entreprise.

Le montant de ce rachat n’a pas été dévoilé.

Fondé en 1993 sous le nom de Distrihome, Colis Privé compte notamment parmi ses clients Yves Rocher, Asos, Cyrillus, Vert Baudet, Pixmania, Vertbaudet, BeautéPrivée ou Atlas for Men.

Localisée dans les Bouches-du-Rhône et dirigée par Éric Paumier  et Frédéric Pons, l’entreprise livre 35 millions de colis par an (via 9000 points relais partenaires, dans des casiers de retrait ou à domicile) dans un délai de 24 à 48 heures par un réseau de 1 700 livreurs.

Sa reprise par Amazon pourrait représenter une belle opportunité pour Colis Privé qui en France, face à des mastodontes comme UPS, DHL ou FedEx, ne pèse pas bien lourd. En effet, dans le cadre de ce rachat, Colis Privé conserverait ses clients actuels et plus d’Amazon, soit un potentiel de croissance inespéré en termes de livraison de colis, dans l’Hexagone comme à l’international.

Rappelons, par ailleurs, qu’Amazon chercherait à constituer sa propre flotte d’avion pour la livraison de colis, grâce à la location avec option d’achat de 20 Boeing 767. Les négociations sont en cours.

Si ce projet se concrétise, Amazon serait totalement indépendant tout le long de sa chaîne logistique, de préparation de la commande à l’expédition des colis dans ses propres avions, avec une main mise sur le temps d’acheminement des paquets. Le groupe américain ne dépendrait donc plus de son prestataire actuel, comme UPS, et des éventuels avaries qu’il ne peut contrôler (retard, perte de colis, grèves,…).

 

Crédit image : Daniilantiq – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur