L’offre illégale d’e-books en plein essor

Cloud

L’Observatoire du livre et de l’écrit en Ile-de-France note une forte recrudescence de l’offre illégale d’e-books, néanmoins sans commune mesure avec les contenus tels la musique et les films.

Objet de toutes les attentions à l’occasion du Salon du livre de Paris, l’e-book se fait progressivement une place au soleil, à tel point qu’il constitue désormais, dans son format numérique, le 8è bien culturel le plus sujet à piratage.

Menée depuis 2009 sur les différents canaux de diffusion illégale (peer-to-peer, Torrent, téléchargement direct, etc.), l’étude baptisée EbookZ accouche de conclusions d’autant plus significatives qu’incongrues.

Son auteur et commanditaire, l’Observatoire du livre et de l’écrit en Ile-de-France (MOTif), entrevoit en Megaupload le véritable tremplin pour les internautes, celui qui a démocratisé l’accès aux ouvrages piratés, avec au dernier pointage, fin 2011, un généreux catalogue.

Avant sa fermeture, le site de Kim Dotcom hébergeait en effet des copies de la plupart des quelque 4000 livres en français que compte actuellement l’offre illégale, soit quatre fois plus qu’il y a deux ans. S’y adjoignent 8000 à 10 000 bandes dessinées.

Cet ensemble représente environ 2% de l’offre papier disponible en librairie. Il s’agit souvent de numérisations “maison”, au format PDF (75,7% des cas), lourd et ainsi peu adapté à l’exercice de la lecture.

Au rang des auteurs spoliés de leur propriété intellectuelle, l’éclectisme prime.

Agatha Christie, avec une douzaine d’ouvrages en circulation sur la Toile, devance notamment le Brésilien Paulo Coelho (L’Alchimiste, Aleph…) et le Français Bernard Werber (trilogie des Fourmis).

Etonnamment, le rat de bibliothèque 2.0 préfère les dictionnaires aux romans. Ainsi, le plus piraté des e-books n’est autre que le Petit Larousse des conserves et salaisons, suivi d’un intrigant Le Courage d’Eduquer (Lee Lozowick).

Les bonnes pratiques du HTML5 font une entrée remarquée au top 10, au même titre que Le christianisme pour les Nuls. Même 1984 d’Orwell est repoussé à la 11è place, devant une kyrielle de romans français contemporains.

Selon le MOTif, “c’est à l’offre légale de se présenter comme la meilleure rivale du piratage“.

Ce qui laisse notamment augurer d’un coup de rabot sur les prix (TVA ?), d’une diversification des plates-formes d’accès aux contenus et de la multiplication de services annexes.

 

 

Crédit image : © Yvan Reitserof – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur