L’offre Liaison Fibre Optique de France Télécom scrutée par l’Arcep

Mobilité

L’organe de régulation du monde des télécoms va enquêter sur l’offre de gros
destinée aux opérateurs tiers et publie la synthèse de la consultation publique
idoine.

Alors que France Télécom vient d’annoncer la deuxième phase de son programme de déploiement très haut débit, l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) annonce qu’elle a ouvert une procédure d’enquête administrative relative à l’offre commerciale Liaison Fibre Optique (LFO) de l’opérateur historique destinée à ses homologues. Cette démarche de l’Arcep “vise à évaluer les ressources et moyens mis en oeuvre par France Telecom pour planifier son propre déploiement, d’une part, et pour répondre aux demandes LFO des opérateurs alternatifs, d’autre part”.

En clair, il s’agit de répondre à la question : dans quelle mesure France Télécom peut ouvrir son réseau de fibre optique à des opérateurs tiers dans un esprit de développement du marché du très haut débit et de concurrence loyale ? A travers cette enquête, l’Arcep émet un signal clair à destination des opérateurs concurrents de France Télécom qui se sont plaints d’un certain nombre de dysfonctionnements liés à la LFO.

A commencer par Free qui avait donné le ton dès la fin du mois d’août. Dans Les Echos, Michaël Boukobza, Directeur général d’Iliad (maison-mère du service d’accès), qualifiait cette offre “de quasi virtuelle”, tout en enfonçant le clou. “France Télécom aurait renoué avec ses anciens travers. Ses équipes font preuve d’une efficacité redoutable pour empêcher que cette offre soit exploitée dans de bonnes conditions.” Même si l’offre LFO a évolué courant septembre, cela ne semble pas suffisant.

Liste de doléances pour améliorer l’offre LFO

L’enquête de l’Arcep est initiée alors que l’autorité d’arbitrage du secteur des télécoms publie la synthèse de la consultation publique sur l’offre de France Télécom. Cinq opérateurs (France Télécom, Free, Neuf Cegetel, Mediaserv et Mobius), l’AFORS Telecom (club des opérateurs alternatifs), l’Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel (Avicca) et la ville de Montpellier ont répondu à cette procédure de consultation.

Une liste de doléances pour améliorer l’offre LFO est esquissée. Ils soulignent l’absence de transmission d’informations préalables sur la liste des sites desservis par des câbles de fibre, ainsi que la liste des tronçons sur lesquels des fibres sont disponibles au sein de ces câbles. Autres critiques énoncées : le rythme des études d’éligibilité réalisées par France Télécom est jugé trop lent et le taux de disponibilité est considéré comme insuffisant. Cela va prendre un peu de temps pour harmoniser le cadre de développement de la fibre en France.

Six équipementiers autour d’un livre blanc sur la fibre
Six équipementiers télécoms impliqués dans les réseaux très haut débit – AETA, Alcatel-Lucent, Mitsubishi Electric ITE, Nayna Networks Inc, Terawave et Wave 7 Optics ? publient un Livre blanc sur les technologies FTTH (fibre optique à domicile) /FTTU (fibre jusqu’à l’utilisateur). Cet ouvrage s’adresse notamment aux responsables des programmes d’aménagement et aux collectivités territoriales. Il offre un retour d’expérience sur les projets très haut débit menés dans le monde, s’attache à montrer comment les technologies de type PON (Passive Optical Network) sont avantageuse en termes de neutralité et de mutualisation des infrastructures passives.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur