Logiciels antipub : la charge victorieuse d’Axel Springer ?

MarketingPublicitéRégulations
axel-springer-adblock
3 25

Axel Springer estime que les mentalités des internautes ont évolué depuis que ceux qui utilisent un bloqueur de pub ne peuvent plus accéder au site du quotidien Bild.

« Nos 500 journalistes œuvrent sur toute la planète pour vous apporter les dernières nouvelles. Sans publicité, nous ne pouvons financer leur travail ».

Cette déclaration figure aujourd’hui dans la foire aux questions de Bild.de. Elle y avait été ajoutée à la mi-octobre par Axel Springer, exploitant du site et propriétaire du quotidien d’information généraliste.

Le groupe média allemand avait frappé fort en prenant une décision sans précédent chez les grands éditeurs européens : empêcher l’accès à l’ensemble du site pour tous les internautes utilisant un bloqueur de publicité*. À moins qu’ils ne le désactivent, qu’ils mettent Bild.de en liste blanche… ou encore qu’ils payent 2,99 euros TTC par mois dans le cadre du nouvel abonnement BILDsmart.

Axel Springer a opté pour une communication didactique. En fonction de sa configuration (système d’exploitation et navigateur), l’utilisateur est redirigé vers un guide qui précise, étape par étape, comment désactiver un bloqueur de pub.

Après environ quatre semaines d’expérimentation, la direction du groupe tire un bilan positif, « au-delà des attentes ». À en croire le CEO Mathias Döpfner, qui s’est exprimé la semaine passée dans le cadre d’une conférence téléphonique ouverte à la presse, « plus de deux tiers des internautes concernés ont désactivé leur adblocker ». Ce qui a représenté, sur les deux premières semaines, plus de 3 millions de visites « monétisables » – et un taux d’adblock passé « de 23 % à moins de 10 % ».

Face à ce constat, Axel Springer a révisé à la hausse ses prévisions de chiffre d’affaires pour l’année 2015, la publicité digitale étant amenée à « compenser largement le déclin de l’édition papier ».

Sur les 9 premiers mois, les indicateurs sont au vert, avec un CA de 2,37 milliards de dollars (+ 9 % d’une année sur l’autre), pour un résultat net en hausse d’environ 7 %.

Dans la lignée de ses prises de participations dans des start-up comme Jaunt (réalité virtuelle), Axel Springer compte poursuivre sa prospection dans les sociétés « 100 % numériques » et se concentrer sur « des acquisition de taille moyenne » après l’échec du rachat du Financial Times.

* Le manque à gagner associé aux bloqueurs de publicité s’éléverait à un milliard de dollars en 2016, selon une étude de la banque d’affaires UBS. Rien qu’en France, plus d’un tiers des internautes se seraient déjà équipés.

Crédit photo : Robert Kneschke – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur