Logiciels d’entreprises : la branche SAP France s’est bien portée en 2007

Cloud

Sur fond de rachat de Business Objects, Pascal Rialland, DG de SAP France, a fait le point sur l’activité hexagonale qui se porte bien.

SAP se porte bien et l’intégration du spécialiste du décisionnel Business Objects permet de conforter son savoir-faire technologique dans le monde des progiciels (ERP, CRM..). A l’occasion de la présentation des résultats globaux du groupe, Pascal Rialland, Directeur général de SAP France, a organisé un point presse.

Le groupe allemand, qui constitue la référence en matière de logiciels en Europe, a réalisé un chiffre d’affaires de 10,25 milliards d’euros, en hausse de 9% par rapport à l’année précédente (à taux de change constant). Il affiche un résultat d’exploitation s’élève à 2,74 milliards d’euros (2,58 milliards en 2006). Le résulat net est également satisfaisant : 1,92 milliard d’euros (contre 1,87 milliard l’année précédente). SAP consacre 1,4 milliard d’euros à la R&D (environ 14% de son CA).

Selon une estimation interne, SAP domine le marché des applications pour les entreprises face à des concurrents comme Oracle, Microsoft et Infor. Sa part de marché monde s’élèverait à 28,4% (+4 points en un an). “Le plus gros vecteur de croissance en 2007 a été les produits de gouvernance appliance et de corporate performance management”, commente Pascal Rialland. “Mais le monde du CRM et de la Business Intelligence est en forte croissance.”

Croissance de 32% du segment PME

En France, le chiffre d’affaires de SAP serait inférieur à 500 millions d’euros. Et la profitabilité de la branche hexagonale a été rétablie il y a trois ans. En termes de vente de licences, SAP France recense une croissante de 36% pour les comptes PME (sachant que, dans ce profil d’entreprise, SAP se fie au chiffre d’affaires généré qui atteignent en moyenne 50 millions d’euros), et 32% pour les clients grand compte.

Dans les différentes lignes de produits, l’ERP (enterprise resource planning) joue un rôle important : 2/3 des ventes concernent le produit BusinessOne (pour les petites entreprises) et le dernier tiers concerne All-In-One (entreprises de taille moyenne).

En attendant la mise en orbite de la solution hébergée BusinessByDesign prévue d’ici la fin du premier trimestre.En France, SAP recense déjà 15 signatures de contrat et 2 clients en production. “Nous ne sommes pas restés dans le dilemme cornélien des leaders: rester sans bouger. Nous gardons les fondements et nous nous installons sur le mode ASP”, commente le DG de SAP France.

De belles victoires remportées

L’une des priorités de SAP est de renforcer son réseau de ventes indirectes, “qui contribue à hauteur d’un tiers pour le segment PME”, précise Pascal Rialland. Outre des partenaires comme IBM ou CapGemini, SAP recherche des intégrateurs régionaux plus proches des clients finaux.

Parmi les nouvelles références grands comptes gagnés par SAP France dans le courant de l’année 2007, citons Vinci, Saint-Gobain, Intersport et Gaz de France.

Face à Oracle, SAP France a remprté un contrat important Chez Veolia mais aussi La Poste. L’éditeur d’origine allemande se trouve également fier de participer activement au projet Chorus (projet de modernisation du système financier de l’Etat).

Bernard Liautaud bientôt au conseil de surveillance de SAP ?
Début février, SAP devrait annoncer le nouveau pourcentage des actions Business Objects qu’il détient en main propre. Sachant qu’à la fin de l’exercice 2007, l’éditeur allemand détenait 87,5% du capital du groupe français spécialisé dans le décisionnel. Les deux nouveaux partenaires vont collaborer sur trois axes : la mise en commun de la R&D, l’organisation opérationnelle et le back office. Le 30 janvier, SAP a annoncé la démission de Bernard Liautaud de ses fonctions de président du conseil d’administration, d’administrateur et de Chief Strategy Officer (CSO) de Business Objects. Le fondateur du groupe BO qui vient d’être avalé par SAP pourrait rejoindre le conseil de surveillance de la nouvelle maison-mère. L’élection est prévue en juin 2008.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur