Logiciels et services informatiques : vers une croissance de 8% en 2007

Cloud

Selon Syntec informatique, le secteur informatique reste dynamique en France.
L’activité d’infogérance se distingue.

Le secteur informatique se porte bien en France, se félicite Syntec Informatique. La chambre professionnelle des sociétés de services informatiques, des éditeurs de logiciels et des sociétés de conseil en technologies, a rendu public son bilan 2006.

L’année dernière, le logiciel et les services informatiques ont connu une croissance de 6,5 %. En 2007, le niveau pourrait atteindre 8%. Malgré des incertitudes qui pèsent en raison des enjeux liés au contexte électorale et de bons de commande publique pour des projets TIC en suspens.

Le secteur financier se distingue particulièrement, ayant profité notamment de nombreuses fusions et acquisitions. Autres secteurs qui ont été en pleine effervescence : l’énergie et les télécoms. Les projets “réglementaires” nécessitent aussi de nombreux investissements. Au total, la France se classe dans la moyenne européenne, au niveau du Royaume-Uni mais bien derrière l’Espagne (+ 8 % en 2006, peut être + 9 % en 2007).

L’emploi profite bien sûr de la bonne santé du secteur : 2,5 % de chômage seulement (entre trois et quatre fois moins que la moyenne nationale) et un très fort taux de CDI (95 % des contrats de travail !). Il y a eu 40 000 recrutements en 2006 mais beaucoup sont le fruit d’un turn over important. Les emplois net créés sont estimés entre 10 000 et 15 000.

Le recours à l’offshore reste limité. Il ne représente que 3% du chiffre d’affaires services des membres de Syntec Informatique. Un impact faible notamment dû à des barrières culturelles ou linguistiques. Généralement, les partenaires choisis sont en Europe ou autour de la Méditerranée.

Prévisions 2007 : l’infogérance, grande championne

L’année 2006 a été faste pour Syntec informatique lui-même : il compte désormais 650 membres, 160 ayant rejoint ses rangs pendant la période, soit 114 éditeurs et 46 sociétés de services. Selon son baromètre, les dirigeants d’entreprise sont particulièrement optimistes pour l’année en cours.

En 2007, le conseil (notamment en sécurité), les logiciels et l’ingénierie/intégration devraient gagner un demi-point et enregistrer une progression respectivement de 8%, 6% et 6,5%. La R&D externalisée devrait stagner à 8 %.

La grande activité championne est l’infogérance qui gagnerait 1,5 point pour passer à 7,5 % de croissance. Le volet infogérance applicative devrait enregistrer un bond de 10% (taux de croissance similaire à 2006), boostée par la tierce maintenance applicative (TMA). Côté infogérance d’infrastructure, on devrait enregistrer une progression de 5 à 7 %.

La chambre professionnelle souligne toutefois des défis à relever comme le turn over de la clientèle vers le conseil ou une pression forte sur les prix pour l’ingénierie/intégration.

Le logiciel embarqué affiche une croissance à deux chiffres qu’il devrait conserver au moins jusqu’en 2010, grâce au doublement des “objets intelligents” tous les 2 à 3 ans. Ce secteur représente 400 éditeurs, pour un total de 100 000 emplois. L’objectif de Syntec informatique serait de faire de la France le leader mondial du segment logiciel embarqué en cinq ans. C’est un cas un peu à part dans le monde du logiciel. Mais les éditeurs trouvent d’autres relais de croissance liés aux architectures orientés services (SOA) et les services web.

Selon Syntec Informatique, les éditeurs devront apprendre à tirer des revenus des modèles open Source et améliorer l’interopérabilité. Les modèles comme la location ou l’ASP devraient continuer de progresser, ils représentent déjà 50% des revenus pour 15 % des éditeurs et même pour 25 % des « “gazelles”, ces entreprises qui se distinguent par leur dynamisme dans le secteur IT. Syntec informatique va même jusqu’à proposer un statut de société du logiciel (SEL).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur