Logiciels et services : le marché français résisterait mieux que ses voisins européens

Mobilité

Selon Pierre Audoins Consultants, l’année 2009 sera “très difficile” pour les deux branches avec peut-être une “éclaircie” l’an prochain.

La croissance des ventes des fabricants de matériel IT devraient par exemple marquer le pas. Même chose pour les logiciels et les prestations de projet (conseil et intégration de système), qui devraient respectivement connaître une baisse de -1% et -2% sur l’année en cours.

Seule l’activité d’externalisation (contrats d’infogérance parv exemple), fondamentale pour les entreprises, devrait connaître une croissance de +6%. IBM communique beaucoup sur le sujet : depuis le début 2009, il aligne plusieurs nouveaux contrats (nouveaux clients ou renouvellement) avec des sociétés comme BNP-Paribas, Endesa Sony Ericsson, Whirlpool, Grupo Nacional Provincial ou encore Primagaz.

Le recul de l’activité économique ne devrait pas frapper l’ensemble des secteurs. Si le privé, majoritairement représenté par les entreprises devrait, toujours selon PAC, réduire ses dépenses, le secteur public devrait quant à lui maintenir ses dépenses.

Au niveau européen, la situation française devrait être légèrement meilleure que celle de ses voisins allemands, britannique et espagnole. Là se limite les projections du cabinet qui ne se risque pas à proposer une date précise de sortie de crise. PAC prévoit néanmoins “une reprise des activités autour de l’année 2010”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur