LongHorn bientôt sur PowerPC ?

Cloud

La prétendue disponibilité des kits de développement de la Xbox 2 sur PowerMac G5 a déchaîné les passions sur la Toile. Et alimenté la rumeur du portage de Windows sur processeur PowerPC.

Selon le site The Inquirer, le kit de développement logiciel (SDK, Software Development Kit) de la Xbox 2 est fourni aux développeurs pour des PowerMac G5 tournant avec une version spécifique du noyau de Windows NT ! Les réactions ne se sont pas fait attendre sur la Toile : la rumeur confirme que Microsoft fera bien tourner sa prochaine console sur des processeurs RISC PowerPC d’IBM (voir édition du 5 novembre 2003), en lieu et place de la technologie x86 généralement utilisée par l’éditeur ainsi que dans la première Xbox. L’intérêt de la société de Redmond pour le PowerMac G5 avait été évoqué l’été dernier avec des photos publiées sur le site d’un intérimaire employé (puis renvoyé pour indiscrétion) par la compagnie. Mais au-delà de l’utilisation de machines d’Apple, l’adaptation d’un noyau de Windows NT sur ces Mac reste un peu surprenante. Microsoft a bien développé une version de son système d’exploitation pour PowerPC dans les années 90, mais le projet n’a jamais donné lieu à un produit pour la plate-forme d’Apple. The Inquirer va encore plus loin en affirmant que Microsoft aurait songé à faire tourner son prochain système d’exploitation Longhorn sur les processeurs utilisés par Apple.

Plus de jeux pour le Mac

En adoptant la plate-forme PowerPC, Microsoft pourrait pousser plus facilement les éditeurs qui favorisent habituellement la PlayStation de Sony à adapter leurs jeux. Pourquoi ? Parce que le constructeur japonais a lui aussi retenu l’architecture PowerPC pour ses prochaines consoles (voir édition du 13 mars 2003). Ce serait aussi une bonne nouvelle pour le Mac : avec trois constructeurs de consoles utilisant PowerPC (celle de Nintendo tourne sur une variante du G3), le nombre de jeux disponibles pour Mac pourrait augmenter de façon significative. Dans la bataille autour du 64 bits, le portage de Windows NT – et potentiellement de Longhorn – sur PowerPC serait interprété galement comme une mise en garde pour Intel (voir édition du 21 novembre 2003) ainsi que pour Apple, Microsoft signifiant ainsi à la firme de ne pas venir se frotter de trop près.

Enfin, s’il n’est pas qu’une rumeur, le portage de Longhorn sur PowerPC pourrait aussi n’être qu’une mesure de précaution permettant à Microsoft d’être présent sur deux architectures. Côté systèmes largement distribués, Apple dispose de son initiative Darwin et différentes versions de Linux (Debian, Gentoo, Mandrake, SuSE, Yellow Dog, Crux PPC, Knoppix) sont disponibles aussi bien sur x86 que sur PPC (voir édition du 4 février 2004). Sans parler des autres systèmes portés et en constante amélioration tels que NetBSD, OpenBeOS, QNX ou encore Zynot. Une chose est sûre : avec le changement de finesse de gravure imposé aux processeurs (IBM s’oriente vers les 65 nanomètres d’ici à 18 mois), l’architecture x86 pourrait bien avoir du mal à éviter la surchauffe. La disponibilité de Windows sur PowerPC ne serait alors qu’une sortie de secours pour répondre aux contraintes physiques rencontrées par les processeurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur