L’Open source entre en force chez Apple

Cloud

Jordan Hubbard, le cofondateur et l’évangéliste en chef du projet FreeBSD, ancien vice-président des technologies Open source au sein de BSD Inc. et principal responsable des versions de FreeBSD, a accepté de rejoindre Apple. Ses raisons sont claires : la puissance et l’accès à Unix, une interface fonctionnelle, des outils de développement graphique et de vraies applications.

La nouvelle est tombée à la vitesse d’un e-mail daté du 25 juin et publié sur la liste Announce du site de FreeBSD ! Le saint patron du projet (il a été l’un des cofondateurs de FreeBSD en 1993), une des principales chevilles ouvrières d’un des Unix libres, dont les compétences ont été mises en exergue en son temps au sein de BSD Inc., (le principal fournisseur de l’Unix BSD, considéré comme l’un des systèmes d’exploitation les plus avancés pour l’Internet), quitte ses actuelles fonctions à WindRiver pour rejoindre Apple. Il devrait y prendre la place de responsable des technologies BSD selon les discussions qui émaillent désormais le site d’Apple, si l’on veut bien en croire eWeek. Hubbard devrait rejoindre le département d’ingénierie du noyau du système d’Apple et sera chargé d’enclencher l’effet de levier maximum des technologies BSD incluses dans Mac OS X. Hubbard devrait également aider au développement de Darwin, le projet Open source d’Apple. Enfin, il souligne lui-même qu’il restera libre de son implication dans le projet FreeBSD, indiquant qu’Apple comprend bien l’importance de la poursuite du développement de ce projet et l’excellente source technologique que cela représente pour elle.

Des éloges pour Mac OS X

Ce ralliement est une étape marquante dans le développement du nouveau système d’exploitation de la firme de l’Infinite Loop : selon les propres mots d’Hubbard, son intérêt pour ce nouvel Unix a été tout particulièrement soupesé. Il date de la mise sur le marché de la bêta publique de l’OS. Depuis, Hubbard n’a eu de cesse de partager son enthousiasme avec le reste de la communauté FreeBSD. Difficile d’être plus élogieux que ce spécialiste d’Unix à propos de Mac OS X : “Pour ceux qui aurait vécu sur Mars depuis près d’un an, OS X parvient finalement au Graal de la communauté Unix : prendre un coeur Unix puissant (BSD), et le mâtiner d’un bureau utilisable, d’outils de développement de l’interface graphique et de quelques applications crédibles, le tout sans sacrifier l’accès aux fonctionnalités sous-jacentes d’Unix ! Apple a même intégré des outils comme Perl ou EMacs à la base du système, prouvant ainsi qu’ils sont très désireux de plaire aux techniciens autant qu’aux consommateurs qui ne verront rien d’autre que le bureau.” Et toc ! C’est Linus Torvalds qui va manger son livre, à défaut de son chapeau !

Mais l’équipe de WindRiver risque, elle, de faire la tête : cette firme qui a absorbé les équipes et les produits de BSD Incorporated en avril dernier est en train de chercher à appuyer ses produits embarqués sur des couches FreeBSD, et comptait beaucoup sur Hubbard pour les faire avancer. Celui-ci a indiqué qu’il poursuivrait ses efforts en tant que membre de FreeBSD, mais certains de ses ex-collègues comme Tadayuki Okada se font déjà du souci. “Les critiques trouveront cela [l’arrivée d’Hubbard chez Apple, Ndlr] quelque peu obscur et doivent être temporairement à court d’idée (?)”, souligne ainsi Pedro Giffuni, un des membres de FreeBSD travaillant à l’université de Pittsburg.

Un citoyen Open source

Cette arrivée chez Apple est enfin une sacrée claque pour ceux qui dénigraient son attachement aux projets Open source. Certes, la Pomme y va doucement, mais elle s’y dirige sûrement. Ainsi Andy Hertzfeld, pourtant l’un des membres de la première équipe de développement du Macintosh, s’était aventuré à critiquer Apple lors du dernier MacHack (voir édition du 22 juin 2001) : “Apple doit faire plus que de parler pour ce qui est du développement Open source. Apple est dans un cul-de-sac et je ne vois pas Steve Jobs comme un meneur pouvant l’en sortir” (voir édition du 25 juin 2001). Il soulignait ainsi que la petite communauté Mac ne croîtrait pas sans un soutien plus important au développement Open source pour ajouter des développeurs aux équipes déjà au travail. Hubbard semble un bon atout dans cette direction : “Une partie de mon mandat consistera en fait à aider Apple à être un citoyen Open source encore meilleur, en accroissant sa collaboration et en raffermissant ses relations avec FreeBSD et d’autres projets Open source. Son carnet d’adresses est plein, et il s’est déjà mis au travail en proposant que les efforts des équipes des projets Darwin et FreeBSD se rapprochent (voir édition du 16 mars 2001) !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur