L’UE s’attaque à la réforme des télécoms

Mobilité

La Commission européenne fait pression pour obtenir la ratification des réformes d’ici 2009.

Les ministres des télécommunications de l’Union européenne se sont rencontrés hier à Bruxelles pour discuter de projets de réformes et rendre compte des progrès réalisés au regard de la stratégie de la société de l’information de la Commission.

La coordination de l’utilisation paneuropéenne du spectre analogique libéré par le passage à la télévision numérique, les changements de la norme GSM, la coordination des services satellites mobiles et l’adoption de l’IPv6 figurent au coeur de ces projets de réformes.

La Commission fait pression pour obtenir la ratification de ces changements par Strasbourg d’ici fin 2009, ce qui est rapide au vu de la lenteur notoire des réformes de l’UE.

L’établissement de l’European Telecoms Market Authority (ETMA), qui jouera un rôle similaire à celui de l’Ofcom, figure au sommet des priorités. L’ETMA a affirmé, dans le langage diplomatique des communiqués préparés par la Commission Européenne, qu’elle “résoudrait les problèmes de fragmentation de la réglementation à travers les 27 états-membres”.

Ceci inclut notamment “le choix de solutions réglementaires [qui] freinent le développement du marché unique et l’émergence de services transfrontaliers et d’une concurrence transfrontalière”.

Traduit en langage courant, l’ETMA aura autorité pour lever certains freins à un marché des télécoms ouvert sous l’influence des gouvernements nationaux qui continuent à protéger leurs opérateurs.

L’ETMA mettra en application certaines réglementations, notamment le droit des consommateurs de changer d’opérateur en une journée. L’autorité s’attaquera également à la question des frais d’itinérance, qui pose depuis longtemps problème pour la définition de politiques applicables à un marché unique.

La commissaire aux télécommunications Viviane Reding se réjouit à l’idée de mener ces réformes. La réglementation des télécoms peut sembler ennuyeuse, mais elle est essentielle pour unifier un marché comptant un demi milliard de consommateurs.

L’ambition de la Commission de faire de l’Europe une société de l’information est en partie alimentée par les craintes que les économies émergentes chinoises, indiennes, brésiliennes et russes n’envahissent le marché grâce à une main-d’oeuvre bon marché.

C’est pourquoi les européens doivent reconsidérer l’idée de générer des richesses grâce à des emplois basés sur l’information. L’Europe admet toutefois le vieillissement de sa population et une partie de la stratégie vise à attirer les citoyens les plus âgés sur le marché de l’emploi de l’information.

Traduction de l’article EU gets to grips with telecoms reform de Vnunet.com en date du 12 juin 2008


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur