L’UIT se penche sur la téléphonie sur IP

Mobilité

La téléphonie sur IP était le thème central débattu au cours du dernier rendez-vous du forum mondial des politiques de télécommunications organisé par l’UIT à Genève du 7 au 9 mars. Outre le fait de rappeler que la technologie qui permet une convergence voix/données est une technologie d’avenir, la rencontre a eu essentiellement pour but de souligner la difficulté des opérateurs et des gouvernements à s’engager dans la téléphonie sur IP.

D’après les chiffres communiqués par les acteurs de la téléphonie sur IP, quelque 4 milliards de minutes de télécommunications ont transité par Internet en 2000, soit seulement 3 % du total des communications vocales et fax effectuées à travers le monde. Sur ce constat, l’UIT estime que ce chiffre pourrait être porté à 7 milliards pour l’année 2001. Un chiffre que l’organisme des télécommunications estime non négligeable, tout en tablant sur une forte croissance dans les années à venir.

Toutefois, si la téléphonie IP est avantageuse pour les abonnés car elle permet d’avoir des tarifs nettement inférieurs à ceux appliqués aux communications sur réseaux classiques notamment pour les appels longues distances, il n’en va pas de même pour les opérateurs et pour les gouvernements. Les opérateurs doivent ainsi construire un deuxième réseau sous peine de voir une partie de leur client se tourner vers des opérateurs IP. Mais ce virage IP nécessitent de lourds investissements qui viennent s’ajouter à la maintenance du réseau de télécommunication classique. Côté gouvernement, la téléphonie IP n’est pas sans poser quelques problèmes, notamment pour les pays en développement. Alors que l’IP permet de réduire le prix des communications téléphoniques internationales, cela entraîne inévitablement une baisse sur les taxes perçues sur les transmissions classiques. Or ce sont ces recettes qui assurent le financement des réseaux de télécommunications. Douloureux dilemme.

La Chine, un des grands marchés de la voix sur IP

C’est ainsi, qu’aujourd’hui, plusieurs pays se sont d’ores et déjà prononcer contre la téléphonie IP. C’est notamment le cas pour Israël, l’Egypte ou encore le Nigeria. La Chine a toutefois fait marche arrière. D’abord interdite, la téléphonie sur IP en Chine connaît une belle croissance, à tel point qu’aujourd’hui, certains considèrent le marché chinois comme le deuxième au monde après celui des Etats-Unis.

Pour en savoir plus : UIT


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur