L’ultra-Wideband muscle le haut débit sans fil

Mobilité

Le gendarme des télécoms américain, la FCC, a donné un premier feu vert à l’exploitation d’une nouvelle bande de fréquences dédiée aux transferts de données sans fil. Haut débit assuré, mais sur de courtes distances.

La commission fédérale américaine des télécoms (FCC) vient de donner son accord à l’utilisation de la bande de fréquence Ultra-WideBand. Cette bande située au-delà de quelques GHz utilise un spectre de fréquences susceptible de rogner sur des zones spectrales déjà utilisées, notamment pour le positionnement par satellite GPS. Mais, selon la FCC, les risques d’interférence seraient minimes. En outre, l’ultra-Wideband aurait l’avantage de réclamer une faible consommation électrique pour les émetteurs et les récepteurs.

Encore peu exploitée, la bande de fréquence ultra-Wideband pourrait être utilisée pour la détection de métaux à l’aide d’un radar à travers le sol. On évoque surtout la diffusion sans fil de données pour des distances inférieures à une centaine de mètres, comme une version musclée de Bluetooth destinée aux appareils de poche. Les débits, qui atteignent actuellement 1 Mbit/s, pourraient atteindre à terme le Gbit/s. La FCC prévient toutefois que des essais seront en cours jusqu’à l’automne pour valider sa décision.

Pour en savoir plus : La FCC


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur