Lycos ouvre le ‘.fr’ aux particuliers

Cloud
Information - news

L’Afnic ne prévoit pas d’ouvrir les noms de domaine en ‘.fr’ aux particuliers avant 2005. Mais Lycos a trouvé une astuce pour anticiper cette ouverture.

Lycos vient d’étendre son service de dépôt de noms de domaine au “.fr”. Jusqu’alors réservé aux “.com”, “.net”, “.org”, “.biz” “.info” et “.be”, le service vise donc à séduire le particulier français. Sauf que les “.fr” sont, pour l’heure, réservés aux entreprises. Si l’Afnic (centre d’information et de gestion des noms de domaine Internet) a récemment assoupli les conditions de dépôt de domaine pour les professionnels, l’organisme qui gère le “.fr” (et le “.re”) ne prévoit pas d’ouvrir la procédure aux particuliers avant 2005. Lycos a donc au moins quatre mois d’avance sur l’Afnic.

18 euros TTC par an

Comment le portail, qui offre également des prestations d’hébergement, fait-il pour devancer l’Afnic ? Le communiqué de Lycos évoque un “système unique de délégation de contact administratif”. Autrement dit, Lycos déposerait en son nom la demande du particulier afin de le faire bénéficier du nom de domaine. “Le client donne mission à Lycos de le représenter auprès de l’Afnic”, confirme Stephan Ramoin, directeur général de Lycos Webhosting Europe. Une mécanique parfaitement huilée en Allemagne où seuls les Allemands peuvent déposer des “.de”. “On se demande comment nos concurrents n’y ont pas pensé avant”, ajoute le responsable. Du coup, le nom de domaine n’appartient pas au particulier qui le dépose mais bien au portail (et plus exactement à United-Domains, une filiale spécialisée dans les enregistrements de noms). “Quand la procédure de l’Afnic sera dérégulée, nous céderons le nom de domaine au particulier”, rassure Stephan Ramoin.

Le dépôt d’un nom en “.fr” est proposé gracieusement jusqu’au 30 octobre 2004 pour toute souscription à un pack d’hébergement (à l’exception du Pack Mini). Autrement, cette opération sera facturée 14,99 euros HT (soit un peu moins de 18 euros TTC) pour une exploitation d’un an. Un tarif plus de deux fois supérieur à celui des “.com” ou “.net”, facturés moins de 7 euros HT, mais bien inférieur à celui des “.be” (Belgique), qui reviennent à 23,49 euros HT. Le directeur européen explique ces variations par la faible importance du marché français, qui compte moins de 300 000 noms de domaine contre plus de 3 millions en Allemagne. “Quand les dépôts de nom monteront en volume, nous essaierons de baisser les tarifs”, promet le responsable. Les internautes économes auraient donc tout intérêt à patienter s’ils n’ont pas un besoin urgent d’exploiter leur nom… au risque de se le faire subtiliser, selon la règle du “premier arrivé, premier servi”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur