M2M : Gemalto trouve en Cinterion les moyens d’assouvir ses ambitions

CloudM2MRéseaux

C’est la revanche de Gemalto dans le domaine porteur du Machine-to-Machine (MtoM). Le groupe français, spécialisé dans la fabrication de cartes à puces et les solutions de sécurité numérique, acquiert Cinterion pour 163 millions d’euros en cash. Le rachat devrait être bouclé dans les six prochaines semaines. Gemalto reprend ainsi l’offensive après la tentative ratée

C’est la revanche de Gemalto dans le domaine porteur du Machine-to-Machine (MtoM).

Le groupe français, spécialisé dans la fabrication de cartes à puces et les solutions de sécurité numérique, acquiert Cinterion pour 163 millions d’euros en cash.

Le rachat devrait être bouclé dans les six prochaines semaines.

Gemalto reprend ainsi l’offensive après la tentative ratée du rachat de Wavecom (tombé dans le giron du canadien Sierra Wireless en 2008).

L’activité M2M de Cinterion représente un chiffre d’affaires de 145 millions d’euros et un résultat d’exploitation de 4 millions d’euros en 2009.

Sa part de marché dans le M2M tournerait autour de 20%/. Cette société allemande est un fait une émanation du groupe Siemens qui a été ensuite repris par un consortium financier.

Elle revendique un effectif de 335 collaborateurs principalement sur les sites de Munich et Berlin en Allemagne mais elle ne dispose pas d’unités propres de production (fabless).

Le potentiel du business M2M attire des groupes comme Gemalto. L’activité de Cinterion est jugée complémentaire par rapport au savoir-faire acquis dans le déploiement de logiciels et de services pour les réseaux d’opérateurs de téléphonie mobile.

Voir également : article de Channel Insider : Gemalto prend le contrôle de Cinterion, spécialiste mondial des communications M2M


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur