MacOS X : ça y est, je l’installe !

Cloud

Deuxième étape de ma découverte de MacOS X, l’installation ! Comment va-t-il se comporter ? Est-il facile à installer ? J’allume mon iMac “Raisin” DV à 400 MHz, mais ne disposant que de 64 Mo de mémoire, alors qu’Apple en recommande 128. Tant pis, j’en serais quitte pour reformater le disque dur si j’échoue !

La notice est claire : le logiciel système dans sa version bêta n’est pas destiné à une utilisation commerciale et il est recommandé d’enregistrer toutes les données figurant sur l’ordinateur et de faire des sauvegardes régulières pendant toute l’utilisation de MacOS X. C’est noté ! D’autre part, il apparaît que l’X peut être installé sur un disque formaté en HFS+ (le format étendu utilisé sous MacOS) et sur le même disque ou la même partition que MacOS 9. Ça tombe bien, c’est mon cas. Enfin, les mises à jour sont à réaliser avant toute installation. Je les ai déjà faites.

J’introduis donc le CD et je redémarre l’ordinateur en maintenant la touche C enfoncée. Mais il est également possible de lancer l’installation en double-cliquant sur l’installeur qui fait son apparition sur le bureau à l’insertion du CD. C’est lui qui s’occupe alors du redémarrage de l’ordinateur. Au redémarrage justement, on a d’abord l’impression que rien ne change : le Mac souriant apparaît sur un fond gris. Rien de bien nouveau… et puis, un détail : l’horloge a disparu. La remplace une roue multicolore de la même taille : un des symboles de NeXT, la société de Steve Jobs rachetée par Apple et qui semble avoir été gardée pour la cause. La souris ne répond pas. Commandes bloquées ? L’écran change pour faire apparaître un fond violet. Le curseur, maintenant en forme de flèche, est enfin utilisable.

Au milieu de l’écran, une fenêtre fait son apparition : MacOS X Public Beta. “Nous y sommes “, m’écrié-je ! Un coup d’oeil aux alentours, personne ne m’a entendu. Tant mieux. Une bande de progression ayant l’apparence bicolore d’un sucre d’orge blanc et bleu marque l’avancée des opérations. Quelles opérations ? Impossible à dire. Au bout de quelques instants, il faut sélectionner une langue. Déjà, une différence notable se fait jour : cette fenêtre où s’effectue le premier choix peut être déplacée. Pas le fantôme de la fenêtre, comme sur l’ancien système ! Non, la fenêtre, dans son ensemble ! Je clique sur “Français”. Ce sera plus facile, sans doute ! Vient une autre fenêtre : “Bienvenue dans le programme d’installation de MacOS X. Vous serez guidé durant toutes les étapes de l’installation du système d’exploitation.” Inutile de traîner, cela semble facile.

D’abord, un écran intitulé “Ouvrez-moi”, typique d’Apple. Il s’agit du même avertissement que celui qui est inscrit sur la notice. Quels volumes, quelles caractéristiques, pour quelle installation. Vu. Puis le contrat de licence. Accepté. Pour cette installation, l’installeur m’informe que quelque 600 Mo se révèleront nécessaires sur le disque dur. Pas de problème, je dispose de plus de 5 Go. Reste à choisir où installer le système. Ici pas de problème, je n’ai pas de partition et un seul disque dur. J’appuie sur installer. Déjà des détails me frappent, que je n’avais pas encore remarqués. La pomme d’Apple est au milieu de la barre de titre des fenêtres. Elle est bleue. Indigo ? Aqua ? La barre de progression qui indique où en est l’installation fait penser à un niveau de géomètre : on dirait un tube horizontal rempli d’un liquide. La similitude s’arrête là : le liquide bleu clair est parcouru de serpentins d’un bleu plus foncé. Je me fais l’impression d’un Frankenstein regardant sa créature prendre vie et forme.

L’ordinateur s’éteint tout à coup… et redémarre. C’est MacOS X ! Cette fois-ci, il se charge directement du disque dur et non du CD d’installation ! Il s’anime ! Un assistant m’accueille. Les questions posées ne sont pas compliquées. Sauf peut-être pour les réglages réseau. Mais il sera toujours possible de les modifier, d’après la notice. Un nom d’utilisateur, un mot de passe et me voilà administrateur de mon nouveau système. Redémarrage. Cette fois, j’ouvre ma première vraie session sous MacOS X. Le Dock surgit du bas de l’écran… Je suis aux anges ! Me voilà aux commandes d’Aqua ! L’installation a pris 15 minutes, montre en main ! Mon ordinateur fonctionne désormais sous l'”Unix” d’Apple. Aucune complication. L’OS semble tourner sans problème. Sur 64 Mo de mémoire vive. Nous verrons à l’usage les restrictions de cette capacité. Un ralentissement des opérations sans doute. A surveiller, demain. Je vous ferai part, alors, des premières découvertes de cette escapade vers MacOS X…

Pour en savoir plus :

Prêt au décollage (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur