MacWorld : la technologie n’était pas au rendez-vous

Mobilité

Les habitués de MacWorld et les acharnés du Mac sont ressortis déçus de la salle du centre de conférences où Steve Jobs réalisait sa présentation. L’hystérie aurait touché certains spectateurs qui auraient parlé de se faire rembourser. Mais pour le reste des visiteurs, le show de Jobs demeure un grand spectacle.

Habituellement, MacWorld New York est l’occasion pour Apple de donner le ton en termes de nouvelles technologies. L’USB, Airport, FireWire, l’Ethernet sur toutes les machines, c’est à MacWorld que ça se passe. L’année dernière, la firme avait exploré le Gigabit Ethernet sur des PowerMac biprocesseurs ou encore la greffe d’un “supercalculateur” dans un Cube. Aucune des deux expériences n’a pris. L’année d’avant, les présentations de l’iBook et d’Airport avaient fait un malheur. Et la présentation de l’iMac, encore une année avant, a lancé une révolution matérielle ! Pour ces raisons, ce salon est habituellement un tournant attendu de l’année Apple (voir édition du 20 juin 2000). Pourtant, 2001 ne restera pas comme un bon cru dans les mémoires de certains spectateurs de la présentation de Jobs : selon des forums et quelques sites américains, certaines réactions ont été à la limite de la violence. Des visiteurs auraient manifesté leur mécontentement et lancé qu’ils allaient se faire rembourser leur voyage. Attente déçue… Quelques personnes auraient demandé à voir Steve Jobs après le “spectacle”, comme pour lui demander des comptes. D’après MacOSRumors, qui fait son autocritique après s’être trompé sur toute la ligne dans ses annonces de nouveaux matériels, on aurait entendu Steve jobs dire : “Nous aurions dû être prêts.” Ce que le site interprète comme un signe que de nouvelles machines auraient pu être présentées… On est plus proche de la foi que du fait avéré…

Pour la plupart des spectateurs pourtant, le discours de Jobs reste une excellente sortie et chacun aura apprécié une partie ou l’autre. Certains auront goûté le soutien des éditeurs à Mac OS X, quand d’autres ont quand même aimé les produits annoncés. Le nouveau PowerMac QuickSilver, présent à l’exposition, aurait fière allure in situ même s’il paraît désuet sur les photos. Surtout, son haut-parleur cyclopéen Harman Kardon est d’une toute autre facture que l’aboyeur de sons de la version précédente. Mais ce sont surtout les logiciels qui ont emporté les suffrages, comme iDVD pour Mac OS X, considéré comme une bonne avancée. La révolution DV promise par Jobs voilà près de deux ans serait-elle en train de prendre ? Avec 28 % des foyers équipés en lecteur d’ici la fin de l’année, une tendance est en tout cas tracée. La version 10.1 de Mac OS X a fait forte impression dans la salle, tout comme les différents logiciels des éditeurs. La suite Office semble impressionnante, selon un spectateur interrogé par ZDNet.

L’heure est aux économies

Mais les réponses aux raisons de ces déceptions n’étaient pas dans la salle. Elles sont venues après, lors de la réunion des dirigeants d’Apple avec les analystes financiers. Une rencontre habituelle à cette époque de l’année. Chacun des principaux responsables de la firme a fait le point sur son activité. Et les explications sont claires : le ralentissement affecte Apple qui ne peut pas s’attendre à un rebond pour le moment. Pour cette raison, tous les postes font des économies rendues en partie possibles par la surabondance de composants. Les opérations rationalisent ce qu’elle peuvent rationaliser, tandis que les ventes mettent en ligne tout leur savoir-faire pour ne pas louper une vente. L’équation ne fonctionne pas toujours : l’iBook a été très fortement demandé, mais l’offre n’a pas toujours rencontré la demande. Si aucun problème d’approvisionnement n’est mentionné, les services de la firme ont quand même confirmé des ruptures de stocks pour certains lecteurs optiques. Apple joue la prudence. Une tendance qui se voit dans ses comptes : le poste en R&D est moins important qu’auparavant. Ses efforts de développement se verront peut-être le trimestre prochain après l’Apple Expo. D’ici là, le Seybold aussi reste un événement où Jobs peut révéler des surprises. Il y a deux ans, c’est là qu’il avait présenté le PowerMac G4 (voir édition du 1 septembre 2000).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur