MacWorld New York : les logiciels à l’honneur

Mobilité

Que faire quand on a deux heures et quart à tuer devant des millions de fans rassemblés ? Une belote ? Et pourquoi pas une petite présentation entre amis ? Des logiciels pour Mac OS X, par exemple ! Voilà pour l’ambiance du spectacle donné par Steve Jobs et ses acolytes hier au centre de conférence de New York. Et du logiciel, il y en a eu…

Si la gouaille de Steve Jobs est toujours là, on l’a tout de même senti un peu plus sur la corde raide lors de son intervention en ouverture de la MacWorld Expo de New York. Normal, si l’on considère qu’il était plutôt là pour défendre ses choix qu’aller de l’avant. Et son choix principal, c’est le passage à Mac OS X. Apple joue sa vie sur ce changement et entend même en profiter pour rebondir. Etayer l’état d’avancement de la phase de transition vers Mac OS X s’avérait donc nécessaire, d’autant plus que la firme à la Pomme avait indiqué qu’elle réaliserait son grand lancement à MacWorld. Ce qui n’a finalement pas été le cas (voir édition du 18 juillet 2001), même si la version 10.1, également surnommée “Puma” (voir édition du 27 juin 2001) a été présentée.

Un fan du Mac nommé Bill Gates

Pour Steve Jobs, l’enjeu actuel est donc bien de continuer à tirer les développeurs, les professionnels, l’industrie et les clients de la firme vers Mac OS X. Ce mouvement de très longue haleine et qui mobilise toutes les ressources de la firme a été programmé sur douze mois. Les quatre premiers mois depuis le 24 mars sont déjà passés. Et les éditeurs ? Que font-ils ? Steve Jobs a profité de son show pour demander à quelques-unes des grandes maisons d’édition de logiciels de faire un point sur l’avancée de leurs travaux. Dix éditeurs pour Mac OS X ! Pour Kevin Brown, le directeur général de l’unité Mac de Microsoft, les applications développées doivent coller à Mac OS X. Microsoft Office X en est l’expression. “Ce produit ne tournera que sur Mac OS X. Vous ne trouverez sur nulle autre plate-forme ce que vous trouverez sur Mac. (?) L’application tourne en natif, c’est-à-dire qu’elle prend avantage de toutes les fonctionnalités modernes du système”, assure Kevin à une foule d’abord réticente, puis emballée par la présentation d’un Word X de toute beauté, fluide et profitant de certaines des fonctions dissimulées dans Aqua, comme l’effet “génie” qu’on retrouve pour le Dock, mais qui est ici utilisé pour les palettes flottantes. “On retrouvera entre ces applications des liaisons, une stabilité et un multitâche propre, à l’intérieur même des documents ouverts”, souligne Brown qui invite les spectateurs à venir voir le stand du géant de Redmond. “Vous savez qui, chez Microsoft, est le plus grand supporter du Mac ?”, demandera Steve Jobs au journaliste qui l’interrogera plus tard sur CNN. “C’est Bill Gates.”

Mais Microsoft n’est pas le seul géant à avoir fait le déplacement pour souligner son attachement au Mac : Adobe est dans la place ! Si l’éditeur ne dispose pas de stand et a fait peur à ses clients et au public en raison de cette absence (voir édition du 25 juin 2001), son vice-président responsable des produits mondiaux Shantanu Narayen a fait le voyage de New York, et assure qu’Adobe est très fortement engagé. Ses plus grands produits doivent passer sur X. Une version d’Illustrator encore en phase de développement est présentée au public, toujours avec en symbole la Vénus sortant des flots. “Si Boticelli était de ce monde aujourd’hui, il utiliserait sans hésiter Mac OS X et Illustrator pour créer sa Vénus”, jette à la cantonade le présentateur. La foule est emballée. A l’écran, l’interaction entre applications est totale. Les modifications effectuées dans Illustrator se répercutent dans GoLive. Mais Adobe n’est pas le seul à savoir le faire, Quark est également prêt à délivrer du contenu imaginé dans Xpress directement et à la volée sur le Web ! Une fonction que maîtrise également FileMaker dont le président Dominique Goupil vient rappeler le soutien sans faille à Mac OS X. Avec 7 millions de clients à travers le monde, la firme se doit de fournir son SGBD pour Mac OS X alors qu’il tourne déjà sur plusieurs plate-formes.

Mac OS X aime les jeux et la 3D

Et les jeux ? Blizzard, l’auteur de Warcraft et de Starcraft, annonce que la version 3 de Warcraft serait disponible en même temps sur Mac OS X et sur PC. Le jeu de stratégie en temps réel sera disponible en réseau sur Battlenet. “Faire des jeux n’a jamais été aussi excitant sur le Mac. Comme vous le constatez, il y a un peu d’hémoglobine”, précise Franck Pearce de Blizzard. “Cela ressemble un peu à la compétition entre Linux et Windows cette année”, lance Steve Jobs, tout sourire ! Enfin, après Aspyr, l’éditeur de Tomb Raider, des Sims ou encore de Tony Hawks Pro Skater 2, une place a été réservée à Alias Wavefront et à Richard Kerris, l’ancien directeur du développement de Maya. “La meilleure technologie de rendu 3D fonctionne sur Mac OS X. (…) Maya peut utiliser les moteurs dynamiques pour le calcul de trajectoires”, souligne-t-il. “Merci Apple et merci Steve d’avoir fait ce système pour les graphiques en 3D !” Si vous n’avez pas été convaincu, vous ne le serez jamais !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur