Mageekstore.com pousse les geeks à la consommation

Mobilité

Le site marchand lyonnais pour les fanas de gadgets high-tech veut monter un
réseau physique de distribution de ses produits.

“L’inutile indispensable”, résume Laurent Pavoine, fondateur de Mageekstore.com à propos des objets commercialisés sur son site marchand. De fait, les biens à disposition sur ce site destiné aux geeks ou aux technophiles ont tous une utilité ou ils ont été sélectionnés pour leur caractère amusant ou innovant. Quelques exemples : des oreilles lumineuses avec une mini-lampe de poche intégrée et un clavier souple parfaitement lavable. Et pour les geeks qui pianotent sur leurs PC dans des pièces mal chauffées : des mitaines chauffantes se branchant sur le port USB.

Passionné de gadgets hétéroclites depuis bien longtemps, Laurent Pavoine a décidé d’en vivre. Inspiré par le site américain Thinkgeek.com, qu’il considère comme un pionnier du genre et un véritable leader, il a créé l’entreprise Geek-Spirit en octobre 2004. La première version du site Mageekstore.com a été mise en ligne dans la foulée. Elle s’appuie sur le logiciel de e-commerce PowerBoutique de l’éditeur français Doyousoft. Pour les paiements, la société est partenaire de la Société Générale et elle utilise un système de vérification des transactions Klik & Verify, édité par la société suisse Cyberservices.

Avec un entrepôt basé dans la région lyonnaise, Geek-Spirit emploie aujourd’hui quatre salariés en France et deux personnes en Chine – où sont fabriqués nombres d’objets geeks. Ces derniers réalisent pour l’entreprise une veille technologique sur le “nec plus ultra” des derniers objets électroniques.

40% de ses clients sont des femmes

Mageekstore revendique actuellement près de 50 000 visiteurs mensuels. Contrairement à une opinion assez répandue, les acheteurs de gadgets high-tech ne sont pas exclusivement des hommes, selon le fondateur. Il estime à 40% le nombre de femmes parmi ses adeptes, souvent parce qu’elles cherchent des présents à offrir à leurs amis geeks ou parce que des objets présentés dans la presse féminine les ont intéressées. L’Ile-de-France est un peu surreprésentée dans la clientèle, avec près de 50% des clients. Inutile d’insister sur le volet business de sa société. Laurent Pavoine ne communique pas de chiffres.

“Le souci en France est que le mot ?gadget’ a un sens très péjoratif alors qu’il a su trouver ses lettres de noblesse au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis, par exemple”, reconnaît cependant Laurent Pavoine. “Ici, tout le monde n’a pas conscience de sa ?geekitude’, si l’on peut dire. Car qui n’a pas un jour eu un couteau suisse ?”.

Vers un réseau de distribution physique

Outre la vente de produits high tech aux particuliers, la société distribue désormais ses produits aux entreprises. Elle assure notamment le marquage de ses objets pour qu’ils puissent être utilisés comme supports promotionnels. Actuellement, elle met également en place un réseau de boutiques qui distribueront prochainement des produits Mageekstore. Un premier point de vente physique doit d’ailleurs commercialiser très prochainement les produits Mageekstore à Paris?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur