Magic Leap : un avant-goût de son casque de réalité augmentée

Mobilité
2 1

Un brevet permet de rendre un peu plus tangible le très attendu casque de réalité augmentée signé Magic Leap. Même si la start-up s’empresse de brouiller les pistes.

Magic Leap n’a cessé d’intriguer avec ses vidéos qui lèvent le voile sur sa technologie sophistiquée de réalité augmentée. Mais, un brevet relatif à un design, celui d’un casque de réalité augmentée en l’occurrence, récompensé et visible sur le site de l’USPTO rend sa technologie un peu moins virtuelle.

La mystérieuse start-up basée en Floride, qui agite la sphère IT avec sa technologie de réalité augmentée, bénéficie d’un soutien massif des investisseurs. Magic Leap a ainsi été financée à hauteur de 542 millions de dollars l’an passé, avec un panel d’investisseurs comprenant notamment Alibaba, Google et Qualcomm Ventures. De quoi valoriser la société au niveau stratosphérique de 4,5 milliards de dollars.

Malgré cela, le grand public s’interroge encore sur le produit final – un casque – qui permettra d’expérimenter sa technologie de réalité augmentée.

Ce design montre un produit quelque peu différent des casques de réalité virtuelle du marché, avec une partie qui couvre plus largement le visage (sans doute faite d’un matériau transparent, s’agissant de réalité augmentée). Avec un look futuriste, le casque de réalité augmentée semble tout droit sorti d’un film de science-fiction tel que Star Wars.

Et de science-fiction, il pourrait d’ailleurs être question puisque Magic Leap a adressé un courriel au site PCMag, expliquant que le brevet « fait partie de notre validation R&D et de retour d’expérience, et il n’est pas du tout représentatif de ce que à quoi notre produit ressemblera ». De quoi largement brouiller les pistes sur le design du casque final sur lequel planche la start-up.

Il faut également avoir à l’esprit que les pointillés ne sont pas couverts par le brevet. Cela laisse un degré d’évolution important au design breveté par Magic Leap.

Toujours est-il que la technologie de la start-up fait rêver. En témoigne la dernière vidéo diffusée par la société qui lève le voile sur l’utilisation tangible du casque pour interagir avec un bureau virtuel et très ergonomique.

Magic Leap promet de diffuser des images en très haute définition directement dans la rétine des yeux (ce qui n’est pas sans rappeler les Google Glass) grâce à un dispositif portable.

A sa tête, on trouve Rony Abovitz qui s’était déjà illustré en cofondant Mako Surgical, une société spécialisée dans la robotique dédiée à la chirurgie (revendue fin 2013 à Kalamazoo, propriété de Stryker Corp, pour 1,65 milliard de dollars). Ce dernier ne tarit pas d’éloges sur la technologie de sa start-up : « Il est temps de remettre de la magie dans le monde » ou « Le cerveau humain est encore le meilleur écran jamais conçu ».

Si la réalité virtuelle est la première en ordre de marche, la réalité augmentée n’a pas dit son dernier mot avec des acteurs tels que Magic Leap. Microsoft a également pris le parti de développer un casque de réalité augmentée avec HoloLens. Ce dernier projette des images en 3D dans le champ de vision de celui qui les porte.

Les expériences de réalité augmentée annoncées par Magic Leap ou Microsoft (HoloLens) sont donc clairement différentes de celles basées sur la réalité virtuelle. Dans ce dernier cas, tout l’affichage doit être calculé en temps réel en fonction des mouvements du porteur, ce qui nécessite une quantité de calculs très importante pour offrir une expérience de qualité.

Si les casques de réalité virtuelle sont donc les premiers sur le marché, la réalité augmentée pourrait changer la donne avec des aspects plus pratiques. De surcroît, contrairement à la réalité virtuelle, la réalité augmentée n’isole pas le porteur du casque.

Casque_VR_Magic-Leap_b

Casque_VR_Magic-Leap_a

(Crédit photos : USPTO)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur