Magnétoscope numérique : NouvelObs.com coupe son service pour éviter la foudre

Mobilité

Après Wizzgo, le site du NouvelObs est aussi menacé de poursuites judiciaires par M6 et TF1. Le groupe de presse joue l’apaisement.

C’est l’engrenage. Alors que Wizzgo a été forcé de suspendre son service de magnétoscope en ligne permettant d’enregistrer via son ordinateur des programmes diffusés sur la TNT gratuite, NouvelObs.com sonne également le retrait.

Depuis août dernier, le site Internet du magazine proposait en effet  un service similaire à celui mis en place par Wizzgo mais fourni par RecordMe.tv. Ce magnétoscope en ligne, disponible à partir de l’onglet TeleObs du site, permettait aussi d’enregistrer des émissions de la TNT. Mais menacé de poursuites judiciaires par TF1 et M6, le NouvelObs a préféré mettre fin à ce service.

Rappelons que de grands groupes audiovisuels comme TF1 et M6 ont déjà poursuivi Wizzgo devant le tribunal de grande instance de Paris et obtenu gain de cause. Wizzgo a été condamné en début de semaine à de fortes pénalités financières pour contrefaçon et pour copies illégales de programmes de télévision. Wizzgo devra ainsi verser des réparations à hauteur de 480 00 euros au groupe M6. Il devra aussi verser des indemnités à TF1, dont le montant reste encore à déterminer.

Olivennes : “Non au maintien d’un service qui ne respecte pas les ayant droits”

Ironie du sort : le directeur de la publication du Nouvel Observateur n’est autre que Denis Olivennes,  l’inspirateur du projet de loi Création et Internet qui érige le concept de riposte graduée en arme contre le téléchargement illégal…

“Cette offre a été lancée avant mon arrivée à la tête du magazine. On ne maintiendra pas un service qui ne respecte pas les droits des producteurs et des ayant-droits”, explique l’ancien directeur de la Fnac aux Echos.

Et d’affirmer que, dans un souci de “respect scrupuleux du droit”, il a préféré suspendre le service de magnétoscope numérique.

Le service en ligne de TeleObs “ne permettait pas à l’internaute de stocker les programmes, donc ne permettait pas de copie illégale…”, a précisé Alexandre Boussageon, responsable du site Teleobs.com. “Notre souci dès le départ était de s’inscrire dans le cadre de la copie privée au sens le plus strict”, a-t-il affirmé.

RecordMe.tv out ?

Mais Le Nouvel Observateur ne baisse pas les bras et espère bien pouvoir bientôt rouvrir son service d’enregistrement d’émissions télévisées.

L’hebdomadaire souhaite entamer des discussions avec TF1 et M6 pour “arriver à un système qui fonctionne”, selon les propos d’Alexandre Boussageon rapportés par l’AFP.

Difficile de croire à une coïncidence : aujourd’hui, le site RecordMe.tv, fournisseur de la solution qui porte à polémique du côté du Nouvel Obs, n’est plus accessible… Aurait-il également rendu l’antenne ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur