MailRank rejoint les rangs de Facebook

Entreprise
logo Facebook F

Facebook souhaite enrichir son écosystème de messagerie et débauche à cet effet les deux co-fondateurs de la start-up MailRank, instigatrice d’une technologie de tri automatique des courriels.

Co-fondateurs de la start-up Email Prioritizer MailRank, Bethanye McKinney Blount et Bryan O’Sullivan fixent au mois de décembre leur prise de fonction sous l’égide de Facebook et la mise à mort consécutive du cavalier seul de leur service de tri automatique des courriels.

Les petites bêtes mangent rarement les grosses. A cette image, c’est bien le réseau social de Mark Zuckerberg qui poursuit une série quasi ininterrompue de rachats, dont l’un des derniers en date concerne Friend.ly.

Nouvel arrivant sous un giron désormais bien garni, une jeune pousse pur beurre, dont les prémices remontent à la toute fin de l’exercice 2010.

Officiellement, Facebook la laisse indemne de toute intrusion dans son capital et ne fait acquisition d’aucune de ses technologies.

Mais débaucher de la sorte les deux piliers de l’entreprise revient à en sonner le glas, dans le cadre d’une démarche qui s’apparente fortement à une acquisition pure et simple.

Le commun des internautes affiche une tendance généralisée à l’oubli, mais il est bel et bien possible de disposer d’une adresse e-mail chez Facebook.com.

Dans l’optique de populariser un outil encore méconnu et d’en élargir en parallèle les capacités, le site aux 800 millions de membres en a entrevu, au mois dernier, une refonte intégrale.

A ce procédé initial, les fondateurs de MailRank adjoindront leurs efforts dans le déploiement de leur technologie open source, à la base d’une interface de classement automatique des courriels en fonction de leur pertinence.

Conséquence directe, le module de notifications pourrait connaître un sort similaire.

En revanche, c’est la soupe à la grimace pour les utilisateurs d’Outlook qui ont jusqu’alors eu recours au module complémentaire dérivé.

Ce rebondissement dans l’aventure MailRank marque un coup d’arrêt dans son développement, désormais acquis à l’agrément exclusif de Facebook.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur