Malware : Microsoft cherche à étouffer Flame

CloudRisquesSécurité

Microsoft, qui a cerné le vecteur de propagation du malware Flame, déploie un correctif d’urgence pour limiter sa prolifération sur les systèmes Windows.

Microsoft déploie à la hâte un correctif destiné à endiguer la propagation du redoutable malware Flame perçue comme une cyber-arme à vocation d’espionnage.

Celui-ci s’est révélé comme l’une des plus grandes menaces pour les systèmes d’exploitation Windows.

Il se serait propagé notamment en exploitant un faux certificat Microsoft pour se diffuser sur des machines, sans éveiller l’attention de l’utilisateu.

L’antidote de Microsoft, disponible via TechNet, bannit ladite signature de la liste blanche et impose par là même un frein à la prolifération de Flame.

A défaut d’une panacée, ce remède de circonstance arrive à point nommé, alors que des tests de l’éditeur Kaspersky Labs ont démontré qu’aucun OS de la trempe Windows n’est à l’abri d’une infection.

Loin les seuls Windows 7 et Vista, les déclinaisons Server 2003 et 2008 sont tout aussi concernées, au même titre que Windows Phone et son prédécesseur Windows Mobile dans sa version 6.5.

Arme redoutable de par sa conception élaborée et sa provenance supposée de la même souche que les vers industriels Stuxnet et Duqu, Flame remplit l’office d’un détecteur de frappe clavier, d’un enregistreur de conversations audio et d’un intercepteur de trafic réseau en entrée comme en sortie.

Il dessert des fins stratégiques de cyber-espionnage.

Dernière inscrite au rang de ses victimes notoires, l’industrie pétrolière iranienne en a fait les frais, avec des attaques à répétition sur les 6 derniers mois.

Crédit image : © Nabil BIYAHMADINE – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur