Un malware à retardement s’est glissé sur Google Play

Apps mobilesMobilitéRisquesSécuritéVirus
malware-retardement-google-play

Google Play a été purgé en urgence de trois applications qui hébergeaient un malware redirigeant vers des contenus malveillants via des messages d’alerte.

Tout est parti d’un message posté dans la soirée du 23 janvier sur les forums d’Avast. L’éditeur de sécurité IT d’origine tchèque a été informé, par l’un des utilisateurs de son antivirus mobile, de la probable présence d’un malware sur Google Play.

Il s’est écoulé dix jours avant qu’Avast ne communique l’information à Google… qui a réagi en retirant, ce mercredi 4 février, trois applications dans lesquelles l’agent malveillant en question s’était infiltré.

En tête de liste, le jeu de cartes Durak, téléchargé entre 5 et 10 millions de fois en quelques semaines, d’après les statistiques du Play Store.

Les deux autres applications touchées étaient également classées dans la catégorie “Divertissement”. La première consistait en un test de QI ; la deuxième proposait une approche ludique de l’histoire russe.

Ces trois applications – qui trouvent justement leurs racines en Russie (sans qu’on n’en connaisse précisément les créateurs) – auraient dû être bloquées selon la politique en vigueur sur le Play Store et à laquelle sont soumis les développeurs.

Un motif en particulier aurait dû motiver leur suspension : l’affichage de publicité à travers le système de notification d’Android, alors même qu’il ne s’agissait pas d’une “fonctionnalité à part entière” desdites applications. Et pour cause : c’est précisément le malware qui les déclenchait.

Alerte(s) à la pub

Plusieurs utilisateurs des forums Avast expliquent avoir signalé le problème à Google “début janvier” et déplorent l’absence de réaction du groupe Internet américain.

Ils ont tous détecté plus ou moins les mêmes symptômes : à chaque déverrouillage de leur appareil mobile (smartphone ou tablette), une page Web – ou une notification – s’ouvre pour afficher un message d’alerte.

Connexion Internet lente, infection virale, système d’exploitation pas à jour, fichiers illicites détectés en mémoire : quel que soit le désagrément, l’utilisateur est invité à prendre des mesures immédiates.

Mais s’il suit les conseils prodigués, il est redirigé vers des contenus malveillants. Aussi bien des sites Internet hébergeant des scripts malveillants que des applications volant des données personnelles ou envoyant des SMS surtaxés.

Pour ne pas éveiller les soupçons, le malware fait preuve de… patience. Il ne s’active qu’à deux conditions : que l’application infectée soit lancée au moins une fois et que l’appareil soit redémarré par la suite.

Dès lors, un compte à rebours s’enclenche. Les premiers comportements suspects ne sont généralement perceptibles qu’au bout d’une semaine. Il faut parfois même attendre jusqu’à un mois. Ce qui rend le malware d’autant plus difficile à détecter.

Trois réseaux publicitaires “légitimes” sont exploités pour afficher les messages d’alerte. Les instructions sont contenues au sein même du paquet d’installation (APK), dans un fichier nommé ads_settings.json.

Des commandes peuvent être reçues depuis un serveur distant via la composante mobi.dash.overapp.DisplayCheckService. La vérification du redémarrage de l’appareil est effectuée par mobi.dash.overapp.DisplayCheckRebootReceiver. Il est même possible de modifier la page d’accueil du navigateur avec mobi.dash.homepage.AdsHomepageUtils.

Ci-dessous, une démonstration du malware en vidéo par l’utilisateur qui a découvert le pot aux roses :

Crédit photo : Tashatuvango – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur