Mamba Nation : Nicolas Gaume donne du crédit au mixte “jeu + réseau social”

Cloud

L’ex-dirigeant de Kalisto lève 7,5 millions d’euros pour exploiter Mamba Nation, une plate-forme communautaire 3D conçue par sa société Mimesis Republic.

Mimesis Republic, fournisseur de services Web et mobile de divertissement, passe à la vitesse supérieure avec Mamba Nation.

C’est une plate-forme communautaire 3D, qui surfe sur le mixte “jeu + réseau social” .

L’univers est directement accessible à partir d’un navigateur (pas besoin de téléchargement d’un logiciel au préalable) et les avatars et les décors sont plus ludiques qu’à la belle époque de Second Life.

Selon Les Echos, cet éditeur de jeux vidéo, dont la création par Nicolas Gaume et Sébastien Lombardo remonte à 2004, a levé 7,5 millions d’euros auprès de plusieurs investisseurs dont la holding Artemis (Groupe Pinault) et des investisseurs individuels comme Laurent Schwartz (cofondateur d’Alten), Xavier Niel (Iliad/Free – Kima Ventures) et Marc Simoncini (Meetic – Jaina Capital).

Cela fait trois ans que le projet Mamba Nation est développé par Mimesis Republic. La version open bêta est censée démarrer le 7 avril prochain.

Mais la communauté en ligne recenserait déjà plus de 176 000 inscrits. Elle attire des jeunes internautes essentiellement.

Une passerelle avec Facebook a été mise en place pour profiter de la fenêtre de visibilité du réseau social, à l’instar d’un Zynga.

Dans l’univers Mamba Nation, il est possible de tchatter avec son avatar, “effectuer des missions sociales” ou “participer à des évènements organisés dans la Nation par les Maitres de jeu (employés de Mimesis Republic) ou d’autres participants”.

Les concepteurs s’engagent sur les dimensions du “respect de chacun” et de “l’entraide”. Un “système de modération” est mis en place mais on n’en saura pas plus dans la partie FAQ.

L’accès aux salles de discussions est gratuit mais il sera possible de se rendre dans une boutique pour acquérir des objets virtuels avec la monnaie Mamba Nation (les Blings et les Vibes).

Les plates-formes de paiements sécurisés Allopass (Hi-Media) et Nexway sont mises à contribution. Les créateurs de la plate-forme communautaire compte aussi générer des revenus publicitaires.

Toujours selon Les Echos, ils comptent atteindre la rentabilité d’ici deux ans.

Avec Mimesis Republic/Mamba Nation, Nicolas Gaume revient donc sous les feux de l’actualité.

Cet entrepreneur bordelais avait dirigé la société d’édition de jeux vidéo Kalisto dans la période 1990 – 2002.

Mais l’aventure s’était mal terminée avec l’éclatement de la bulle Internet.

En 2009, Nicolas Gaume avait pris la présidence du Syndicat national du jeu vidéo.

Plus récemment, en février 2011, il a rejoint l’association CroissancePlus (clubs de dirigeants d’entreprises à fort potentiel).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur