Mandrake Soft vise l’entreprise

Cloud

L’éditeur du système d’exploitation Linux-Mandrake fait évoluer son offre vers les entreprises avec son premier serveur fondé sur Linux-Mandrake 7.1, livré avec le code source. Comme le veut le modèle du logiciel libre, Mandrake se rémunérera sur les services professionnels associés.

La distribution Linux-Mandrake 7.1 veut s’adresser aux particuliers pour une utilisation bureautique, aux développeurs pour la programmation d’applications comme pour la création de sites Web et aux entreprises en tant que serveur Web, DNS,SMTP, LDAP, etc. Et, c’est sur la base de ce système d’exploitation complet que Mandrake lance son Corporate Server 1.0. Objectif ? Répondre notamment à la mise en place d’un système d’exploitation, à l’installation et à la configuration d’un serveur Web, d’un serveur de messagerie et d’un serveur de fichiers d’impression. Parmi les optimisations de cette version serveur de Linux-Mandrake, on note un système de fichiers journalisés (Reiser FS), l’amélioration des traitements multiprocesseurs (SMP), l’installation sur de multiples serveurs à l’aide de l’outil “Auto-install” et une mise en route plus rapide grâce à Wizdrake. Par ailleurs, l’interface Web Webadmin autorise l’administration de la plupart des services : serveur Web, serveur de messagerie, partage de fichiers Windows, DHCP, DNS, etc. Principales nouveautés ? La procédure d’installation se veut plus évoluée. Des assistants aident à la configuration. On note aussi le clonage de postes et les processeurs Intel et Sparc. Et parmi les services inédits, le support par e-mail et par téléphone pour l’installation et la configuration des logiciels couvrant les fonctionnalités de serveur d’entreprise. Dernier détail, dans ce nouveau serveur tout n’est pas développé en Open Source : la partie backup (sauvegarde des données) n’étant pas sous licence GPL.

L’éditeur de logiciel veut apporter son expertise et donc se rémunérer sur la base de “services de niveau 1, 2 et 3” en offrant des formations aux utilisateurs novices comme les administrateurs rompus… Cette offre de service sera disponible en septembre prochain. Par ailleurs, d’autres prestations de “consulting” se composent de cinq offres : une offre de Conseil et d’audit portant sur l’aide à la sélection de logiciel libre, l’Intranet et l’Extranet, l’assistance à la maîtrise d’ouvrage et la migration. Une seconde offre dite “Installation/Intégration” inclura la mise en oeuvre de serveurs Web et de serveurs de messagerie, la mise en place de proxy et firewall, la configuration réseaux et la mise en oeuvre de postes clients. Des offres de développement sur mesure, de “maintenance” et de veille technologique complètent ce volet “consulting” dont aucun tarif n’est pour l’instant communiqué.

L’offre de support dédié aux entreprises sera, quant à elle, disponible dès le 19 juin, en même temps que le Corporate Server 1.0. Plusieurs “packs” la composent. L’offre Start up propose 90 jours de support technique, un traitement par les centres de messagerie et le centre d’appels de Mandrake Soft, une journée de support et de conseil sur le site utilisateur pour 2 000 euros HT soit environ 18 000 F HT. Une offre dite “incident” tourne autour de 200 euros HT (1 800 F HT) par incident pris en charge. Et, une offre de support “expert” (de développeurs à développeurs) permettra d’accompagner l’équipe informatique dans leur projet d’intégration de Linux et de ses logiciels libres pour environ 1 000 F HT par heure. Une offre de support à la carte dite “Optimum” sera disponible plus tard.

Pour convaincre les entreprises, en particulier les grands comptes, Mandrake a signé des partenariats avec Hewlett-Packard, les éditeurs de logiciels Oracle, Matra Datavision et Quadratec, IBM Global Services pour l’intégration des services et les VAR (Value Added Resellers, les revendeurs spécialisés) comme Orditac et AR Systems et les sociétés de services spécialisées comme Alcove et Idealix. Mandrake éprouvera donc ce modèle commercial en France, son marché test de prédilection, avant de lancer ses services en Europe puis Outre-Atlantique à l’automne prochain. Reste à savoir si les entreprises trouveront la technologie à leur goût, c’est-à-dire aussi facile que les systèmes Windows et Macintosh.

Pour en savoir plus :

* Mandrake

* MandrakeSoft


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur