Mandrake sort Linux 8.0 PPC de son chapeau !

Cloud

Linux intéresse-t-il les adeptes du Mac ? Après tout, l’invention de Thorvalds répond d’abord à un besoin de stabilité sur PC ! Les années passant, l’alternative Linux, si elle a transformé les rapports des utilisateurs de boîtes grises, n’a pas véritablement modifié les comportements des clients d’Apple. Mandrake peut-il transformer l’essai d’un coup de baguette magique ? L’effet Mac OS X peut-être ?

La dévotion des utilisateurs de Linux n’a d’égale que celle des aficionados de la Pomme. Le manchot, le Gnu et le Gnome attisent autant de passion que la Pomme, l’ornithorynque Hexley et Clarus le chien-vache ! Mais pas autant sur Mac que sur PC. Et pour cause : la plate-forme d’Apple se prêtait moins aux développements de code que les boîtes électroniques grises des premières années Linux. Le mouvement s’est propagé aussi sur Macintosh, mais n’a pas embrasé la communauté des utilisateurs comme il a pu le faire sur plate-forme x86. La machine fermée, le contentement des utilisateurs et la part de marché ont fait le reste. Cela n’empêche pas Mandrakesoft, l’éditeur de Linux Mandrake qui détient la part de marché la plus importante des différentes distributions de ce système, de vouloir s’attaquer aussi aux utilisateurs des machines dotées de processeurs PowerPC (PPC).

Les atouts de cette version de Linux sont loin d’être minces : Mandrake 8.0 PPC est issu de la lignée Mandrake, débutée en 1998. L’idée qui anime Mandrakesoft mérite qu’on s’y arrête : mettre la puissance de Linux à la portée des utilisateurs par le biais d’une interface graphique et un environnement facile et agréable. Des mots qui sonnent bien à l’oreille de l’aficionados de Mac OS et surtout de sa version X : “la puissance d’Unix et la facilité d’utilisation du Mac” ! Même le mode de développement rappelle celui d’Apple : un travail interne poussé, passant sous le feu roulant des critiques de développeurs du monde entier. En gros, Mandrake 8.0 PPC et Mac OS X sont frères de lait ! Et le concept est poussé très loin chez le distributeur de ce Linux : la version pour Mac, au même titre que celle pour PC, est dotée d’installateurs automatisés. Mandrake se fait magicien de l’installation sur Mac par le biais de cinq outils de configuration : Drakx détecte le matériel et partitionne les volumes, Mandrake Control Center sert de gestionnaire du système, Software Manager (soutenu par URPMI) facilite l’installation des logiciels, Supermount permet de monter les volumes tandis que l’assistant Internet paramètre le système pour le Web.

Stabilité et convivialité

Le système est fourni avec deux environnements graphiques, Gnome et KDE, ainsi qu’une suite bureautique, un logiciel de messagerie, un gestionnaire d’adresses et Mac on Linux qui permet d’utiliser Mac OS sous Linux ! Pour les fanas de techno, les noyaux (version 2.2 ou supérieure) sont multiprocesseurs, le paquet apporte XFree86 et Xpmac. Le Linux de Mandrake propose donc aujourd’hui ce qu’Apple promet pour plus tard : stabilité et convivialité. Le tout sur la plupart des machines de la Pomme, comme celles datant d’avant 1996 (que la firme génitrice ne supporte pas sous Mac OS X), dites “Old World”, pour un coût minime : le système peut être téléchargé (plus de 1 Go) sur le site de Mandrakesoft, ou commandé sur CD-Rom pour 10 dollars (11 euros) hors frais de transport. Mais avec l’arrivée imminente d’une version améliorée de Mac OS X, Linux Mandrake 8.0 PPC va devoir trouver son marché, même si l’éditeur assure avoir rencontré une demande de la part de ses clients. Le tour de force reste admirable : rendre convivial un système destiné avant tout aux fanatiques de la technologie par le biais d’une communauté de développeurs hétérogènes. Un chef-d’oeuvre qui mérite le coup d’oeil


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur