Manifeste du Conseil national du numérique : ils ont tous signé sauf…

Gestion des talentsGouvernanceJuridiqueLégislationManagementRégulations
manifeste-conseil-national-numerique

Le Conseil national du numérique veut marquer de son empreinte le quinquennat Macron et diffuse un manifeste fédérateur. On relève néanmoins quelques absences…

Dans un appel quasi-unanime, les trois générations du collège du Conseil national du numérique viennent de publier « un manifeste pour interpeller l’exécutif sur l’urgence d’une politique publique à la hauteur de la transformation numérique du pays ».

Avec la victoire d’Emmanuel Macron dans la course à l’Elysée, le groupe d’experts du numérique regroupés dans ce conseil consultatif visant à éclairer les choix des pouvoirs publics dans leur domaine de prédilection souhaite renforcer son influence avec le nouveau Président de la République.

Une manière pour le CNNum de rappeler son rôle de « traducteur, vigie et éclaireur des transformations numériques ». On recense 86 signatures répondant à ce manifeste.

On y trouve les approbations de deux présidents (Gilles Babinet, Benoît Thieulin et les vices-présidents actuels) mais aussi tous les membres des collèges renouvelés à trois reprises depuis la création du Conseil national du numérique en 2011 par Nicolas Sarkozy (alors à l’Elysée) et les collaborateurs rattachés (ou étant liés jadis) au secrétariat. Enfin presque…(On y reviendra).

« L’ensemble des membres poursuivra ses travaux en s’appuyant sur les principes constitutifs du Conseil : son indépendance, sa culture du collectif, son esprit d’inclusion, son exigence scientifique, son cadre de pensée large, sa volonté d’anticipation et sa confiance dans l’avenir », évoque le collectif numérique.

Alors que le nouveau gouvernement d’Edouard Philippe n’a pas déroulé sa feuille de route en matière numérique, le Conseil national du numérique tient à souligner sa disponibilité.

« Dans la période qui s’ouvre, nous croyons qu’il est nécessaire d’élargir son périmètre d’intervention et d’enrichir ses modes d’action. Le CNNum demeurera bien évidemment un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics, au service d’une décision publique juste et anticipatrice. »

Elle compte servir de passerelles entre l’Etat, l’écosystème numérique et les citoyens. Les sujets de fonds à traiter pour faire avancer la France numérique ne manquent pas : données, plateformes numériques, intelligence artificielle, transformation numérique des PME, coordination européenne…

Le CNNum souhaite « contribuer » aux débats portant sur des décisions importantes à prendre dans les prochaines semaines, « à la fois sur l’organisation de l’appareil d’État et sur les grandes orientations de la transformation numérique ». Un évènement devrait être organisé dans les semaines prochaines pour évoquer ce thème.

Les membres sont nommés par décret en Conseil des ministres pour un mandat de trois ans, renouvelable. Le collège actuel devrait donc perdurer jusqu’à février 2019.

Trois absences remarquées

Dans ce Manifeste, on remarquera aussi les absents. ITespresso.fr en a recensé trois. Le premier s’appelle Mounir Mahjoubi, qui avait démissionné debut 2017 de ses fonctions de président du Conseil national du numérique pour superviser l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron.

Après l’accession du candidat En Marche ! à l’Elysée, Mounir Mahjoubi vient d’être nommé au poste de secrétaire d’Etat chargé du numérique et rattaché aux services du Premier ministre.

Avec ces nouvelles fonctions gouvernementales, il devra sans doute s’éloigner des préconisations du CNNum. Par exemple dans le cas du chiffrement des communications électroniques. Un sujet qui pourrait revenir sur le tapis avec la perspective d’une loi antiterrorisme élaborée dans le courant de l’automne.

Dans ses nouvelles prérogatives gouvernementales fixées par décret (officialisées dans le JO du 25 mai), il n’est pas mention d’un rôle éventuel du CNNum. Mounir Mahjoubi devra donc préciser les contours de la collaboration avec le conseil consultatif du numérique qu’il présidait avant son engagement pour En Marche !.

Dans la liste des signataires du Manifeste, on remarquera aussi l’abence de deux autres personnalités ayant animé une tranche de vie du CNNum : Benoît Tabaka, le premier secrétaire général de l’organisme consultatif qui est passé mi-2012 chez Google en tant que juriste en charge des relations institutionnelles, et Jean-Baptiste Soufron, qui l’a succédé au poste de secrétaire général du CNNum (période 2012-2015), et qui est repassé lui aussi dans le privé en tant qu’avocat pour la société FWPA.

Liste des signataires du Manifeste : Serge ABITEBOUL, Nathalie ANDRIEUX, Gilles BABINET, Vivek BADRINATH, Christine BALAGUE, Godefroy BEAUVALLET, Rania BELKAHIA, Thierry BENOIT, Patrick BERTRAND, John BILLARD, Ludovic BLECHER, Pierre CAMANI, Nathalie COLLIN, Jacques CREMER, Virginia CRUZ, Michel BRIAND, Pascal DALOZ, Gaël DUVAL, Laure de LA RAUDIERE, Giuseppe de MARTINO, Marylène DELBOURG-DELPHIS, Jean-Baptiste DESCROIX-VERNIER, Stéphane DISTINGUIN, Marie EKELAND, Virginie FAUVEL, Najette FELLACHE, Emmanuel FOREST, Gabrielle GAUTHEY, Audrey HARRIS, Ghislaine HIERSO, Rand HINDI, Francis JUTAND, Daniel KAPLAN, Patricia LANGRAND, Claudy LEBRETON, Ludovic LE MOAN, Laurence LE NY, Pascale LUCIANI-BOYER, Pierre LOUETTE, Alexandre MALSCH, Daniel MARHELY, Guy MAMOU-MANI, Françoise MERCADAL-DELASALLES, François MOMBOISSE, Bertin NAHUM, Tristan Nitot, Akim OURAL, Jean-Marc PATOUILLAUD, Christian PAUL, Sophie PENE, Antoine PETIT, Valérie PEUGEOT, Yves POILANE, Nathalie PUJO, Jean-Pierre REMY, Lara ROUYRES, Emmanuelle ROUX, Jean-Baptiste RUDELLE, Cécile RUSSEIL, Marie-Laure SAUTY de CHALON, Marc SIMONCINI, Jérôme STIOUI, Amal TALEB, Marc TESSIER, Benoît THIEULIN, Véronique TORNER, Emmanuelle TURLOTTE-SAUDEAU, Brigitte VALLEE, Roxanne VARZA, Nicolas VOISIN, Bruno VANRYB, Carole ZISA-GARAT, Célia ZOLYNSKI, Yann BONNET, Romain DELASSUS, Charly BERTHET, Rosemarie CESAIRE-GEDEON, Anne-Charlotte CORNUT, Camille HARTMANN, Judith HERZOG-BUFALO, Jan KREWER, Marylou LE ROY, François LEVIN, Lofred MADZOU, Ruben NARZUL, Fatima OUAGOUNI (source : CNNum, 26/05/17)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur