Marché FAI : Alice ‘étudie toutes les options’ en France

Cloud

Les propos d’un représentant de la maison-mère italienne relatif à un possible désengagement d’Alice en France provoquent des remous.

C’est entendu : Alice n’est pas vendre en l’état actuel. Après les déclarations initiales tenus vendredi dernier par Riccardo Ruggiero, administrateur délégué de la maison-mère Telecom Italia, évoquant une possible sortie en France, l’opérateur transalpin a tenu à préciser l’état des lieux.

“Il n’y a actuellement aucun processus de vente en cours, ni de décision de vendre”, assure Riccardo Ruggiero dans une déclaration envoyée par mail à la presse. Néanmoins, c’est une option qui “n’est pas exclue au regard de ce que sera notre stratégie internationale dans le futur”.

Le représentant du groupe télécoms italien assure que “pour le moment, notre croissance sur le marché français se déroule selon nos prévisions”. Tout en dévoilant quelques éléments financiers : “Nous envisageons d’atteindre l’équilibre de notre Ebitda [marge brut d’exploitation] en 2008 tout en maintenant un important niveau d’investissement sur la France.”

Selon Les Echos, au cours des neuf premiers mois de l’année 2007, Telecom Italia France a généré une perte Ebita de 51 millions d’euros (en réduction de 38% par rapport à l’année dernière). Le chiffre d’affaires sur les neuf premiers mois de 2007 s’élève à 282 millions d’euros (+24%). En France, Alice affiche 882 000 abonnés haut débit à fin septembre.

Telecom Italia France fait régulièrement l’objet de rumeurs de vente. Mais, si l’information se confirme, cela ne serait guère étonnant au regard de la concentration du marché des FAI grand public. Récemment, Neuf Cegetel a acquis la partie de l’accès Internet d’AOL France et Club Internet (T-Online France). Dans ce mouvement de sphère resserrée, même une fusion entre Neuf et Free, les deux principaux opérateurs alternatifs face à France Telecom/Orange, a été récemment évoquée.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur