Marché IT : quels signaux pour 2016 en France ?

AccessoiresMobilitéPCPoste de travailSmartphonesTablettes
gfk-marche-electronique-2015
5 25

GfK a cerné plusieurs tendances qui devraient dicter, en 2016, l’évolution du marché français des biens technologiques. Tour d’horizon.

Les hausses de prix liées à la variation des taux de change monétaires – baisse de l’euro, hausse du dollar – pèsent sur le marché français des biens technologiques.

Ce constat, GfK l’établit dans un bilan 2015 riche en enseignements sur l’évolution des habitudes de consommation, entre une désaffection marquée à l’égard des tablettes, un attrait prononcé pour les smartphones d’entrée de gamme et le potentiel affiché par les objets connectés.

Au global, le chiffre d’affaires brut du marché français des biens technologiques s’élève, sur l’année 2015, à 14,9 milliards d’euros ; c’est-à-dire 3 % de moins qu’en 2014. Un recul qui contraste avec la légère progression enregistrée en Europe de l’Ouest (+ 1 %) et dans le monde (+ 2 %).

Le segment des téléviseurs a particulièrement souffert : d’une année sur l’autre, le volume de ventes est passé de 5,5 à 5,1 millions d’unités. La baisse est toutefois moins importante en valeur : on achète des écrans de plus en plus grands (37 pouces de moyenne, le segment des 47 pouces et plus dégageant un chiffre d’affaires en hausse de 25 %).

L’année 2016 devrait être plus favorable avec, d’un côté, l’Euro de football qui devrait stimuler les ventes de TV Ultra HD (1,3 million sur l’année, selon GfK) et, de l’autre, l’extinction du signal MPEG2. La bascule se fera dans la nuit du 4 au 5 avril, dans le cadre de la généralisation de la TNT HD, associée au transfert de la bande des 700 MHz de l’audiovisuel vers les télécoms.

Tablette ou PC ?

Les prévisions sont moins optimistes pour le marché IT, qui a déjà connu, en 2015, une deuxième année consécutive de baisse avec 5,6 milliards de dollars de CA (- 5 %) dans les circuits grand public.

La baisse est particulièrement marquée sur le segment des tablettes : 957 millions d’euros de chiffre d’affaires (- 23 %), pour 5,16 millions d’unités écoulées.

À l’inverse, le PC portable monte en puissance (+ 3 % en valeur), grâce aux 2-en-1 et aux convertibles, qui représentent 550 000 machines vendues (+ 50 % sur un an).

Le relais de croissance pour ce marché se trouve dans le haut de gamme : 930 millions d’euros de CA pour les modèles de moins de 15 pouces, en comptant les accessoires. En revanche, l’entrée de gamme en plus de 15 pouces poursuit son repli, à 2,6 milliards d’euros (- 8 %).

Une nouvelle baisse est anticipée pour 2016 sur cette partie IT (5,4 milliards de dollars de CA attendus), malgré des signes positifs sur l’impression, qui représente, consommables inclus, 971 millions de dollars sur l’année 2015, essentiellement grâce à l’offre aux entreprises.

Les smartphones d’abord

Sur le volet téléphonie, les indicateurs sont au vert : 24,6 millions d’appareils vendus, dont plus de 20 millions de smartphones (+ 4 % de CA sur ce segment, à 3,6 milliards d’euros). C’est sans compter les accessoires dédiés (400 millions d’euros ; + 25 %) et les équipements « compagnons » (+ 35 %, à 760 millions d’euros, pour les stations d’accueil, les casques, les montres et les bracelets connectés).

La tendance est à l’agrandissement des écrans (on approche des 5 pouces en moyenne). Plus d’un terminal sur deux est par ailleurs compatible 4G. Le prix moyen, lui, diminue légèrement, à 184 euros TTC.

La majorité des smartphones sont vendus dans les enseignes de distribution grand public, avec la naissance d’un véritable marché à moins de 50 euros pour des téléphones débloqués. Les appareils haut de gamme s’achètent plutôt chez les opérateurs, grâce au modèle de la subvention.

Objets connectés : incontournables ?

Ce qu’il faudra surveiller en 2016, ce sont surtout les objets connectés. L’intérêt pour les « wearables », né de l’adoption des smartphones, se prolonge dans d’autres univers et la distribution prend l’initiative pour promouvoir l’offre (voir notre article : « Objets connectés : la French Tech mise en vitrine »).

Sur ce segment, GfK anticipe un chiffre d’affaires de 850 millions d’euros en 2016, contre 340 millions en 2015 et 148 millions en 2014. Si le marché des smartwatchs reste difficile à lire, celui des trackers devient plus prévisible, avec une saisonnalité sur la période de mai-juin-juillet.

Assez pour relancer le marché des biens technologiques dans son ensemble ? GfK estime que oui : le chiffre d’affaires global atteindrait 15,4 milliards d’euros en 2016, en hausse de 3 % sur un an, sans toutefois retrouver son niveau de 2013.

Crédit photo : Sergey Nivens – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur