Marché de la vidéoconférence : Cisco pleure, Polycom sourit

Régulations

La vidéoconférence et la téléprésence souffrent d’un contexte macro-économique délicat, selon IDC. Le leader Cisco souffre mais le challenger Polycom relève la tête.

La vidéoconférence et la téléprésence continuent à susciter un grand intérêt des décideurs en entreprise.

Las, les incertitudes de l’économie mondiale incertaine et les réductions de dépenses IT dans le secteur public, principalement dans la Zone Euro, ont un impact négatif.

Au point de constater un recul du marché en raison d’une faiblesse de marchés comme l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Afrique, selon IDC.

Seule la zone Asie-Pacifique évite la sinistrose (+11,3% en un an).

Les analystes du cabinet américain d’études IT observent une chute de 10% du chiffre d’affaires généré au deuxième trimestre 2012 rapporté à la même période de 2011 (c’est une baisse de 6,9 % par rapport au premier trimestre 2012).

En valeur, le marché a pesé 564 millions de dollars sur la période scrutée.

C’est la plus grande contre-performance recensée dans le secteur depuis le premier trimestre 2011, selon IDC.

Cisco dans les 40èmes rugissants…

Au nombre des victimes de ce recul du marché : le mastodonte Cisco.

Au deuxième trimestre, son chiffre d’affaires sur ce segment d’activité a connu un recul de 23,7% par rapport au deuxième trimestre 2011.

Si Cisco reste leader du marché, son influence diminue à 41,9% au deuxième trimestre, contre 48,7% au premier trimestre (et 49,3% un an plus tôt).

Cité TechWeek Europe UK*, Rich Costello, analyste senior pour les communications d’entreprise chez IDC infrastructures, n’a aucun doute sur les raisons de cette dégringolade :   “Plusieurs des fournisseurs de la vidéoconférence sont clairement confrontés à une situation macro-économique des plus difficiles, ainsi qu’à une réduction des dépenses dans des domaines clés tels que le secteur public, y compris le gouvernement et l’éducation.”

Reste que Costello se veut optimiste à plus long terme : “Bien que ces facteurs devraient persister et continuer d’influencer les résultats dans la seconde moitié de 2012, l’intérêt pour le domaine continue de croître au sein des organisations, en particulier celles qui se penchent avec exigence sur leurs moyens d’améliorer leur existant.”

Certains acteurs tirent leur épingle du jeu

Face Cisco qui fait grise mine, IDC évoque une petite poignée d’acteurs qui  s’en sortent relativement mieux, en dépit de la morosité de l’économie.

C’est le cas de Polycom : son chiffre d’affaires a augmenté de 8,9% au premier trimestre 2012 (mais cela reste un recul de 4,3% par rapport au deuxième trimestre  2011).

Le fabricant (américain lui aussi) bénéficie désormais d’une part de marché de 32,5% (contre 27,7% au premier trimestre 2012). Au deuxième trimestre 2011, il occupait une part de 30,5%.

Chez IDC, on explique qu’au-delà des cas particuliers de tel ou tel équipementier, le marché de la vidéoconférence tout entier continue d’être soumis à des changements importants, avec des tendances aussi fortes que la généralisation de la mobilité, l’avènement confirmé du cloud et le décollage du Bring Your Own Device (BYOD ou comment exploiter ses terminaux numériques personnels dans le cadre du travail).

De quoi conduire le secteur vers des solutions logicielles de plus en plus importantes et une intégration poussée de la vidéo dans les communications unifiées.

D’où les efforts entrepris par Cisco, Polycom ou encore LifeSize Communications dans la mise au point de logiciels, susceptibles d’étendre efficacement la portée de leurs offres sur appareils mobiles au premier rang desquels les smartphones et les tablettes, ou encore dans la mise au point de solutions pour les petits groupes de travail en complément des « gros » systèmes sédentaires plus coûteux et plus complexes.

Le virage vers le logiciel donne également lieu au décollage d’autres fournisseurs, tels que Radvision, spécialiste de la vidéo collaboration qui a été racheté par Avaya, ou Vidyo, dans lequel Juniper Networks a investi il y a quelques semaines.

Mitel ne s’y est pas trompé, qui a annoncé un partenariat avec ce dernier et avec VMware afin d’édifier une nouvelle solution permettant l’exécution de sa solution de communications unifiées dans un environnement virtualisé au sein duquel les utilisateurs peuvent à l’envi lancer des vidéoconférences reposant sur la solution Vidyo.

Petr Jirovsky, analyste principal de recherche chez IDC Networking Trackers, commente ce nouvel axe de développement prometteur du marché en ces termes : “En dépit de la performance globale au second trimestre 2012, qu’on peut qualifier de faible, du marché de la vidéoconférence en entreprises, nous voyons de belles perspectives dans l’intégration de la vidéo au sein de la communication unifiée et dans l’utilisation croissante de la vidéo au sein des petits groupes de travail, postes de travail et utilisateurs mobiles

Il conclut : “La vidéo, comme élément clé de la collaboration, continue de se placer en tête de la liste des priorités dans de nombreuses organisations. “

* Retrouvez l’article original sur Techweek Europe UK : http://www.techweekeurope.co.uk/news/video-conferencing-idc-90508

Crédit photo Shutterstock – Andrey_Popov


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur