Marie-Christine Levet (Club Internet) : “Nous lancerons le dégroupage total au 4e trimestre”

Cloud

Téléphonie sur IP, ADSL 2+, télévision sur ADSL et dégroupage total en vue. Marie-Christine Levet, PDG de Club Internet, revient pour Vnunet sur la stratégie du fournisseur d’accès. Interview.

Vnunet.fr: Club Internet se donne une nouvelle image. Au delà du nouveau logo, qu’est-ce qui a changé ?
Marie-Christine Levet : Il ne s’agit pas d’un changement radical mais d’une continuité dans la politique d’accompagnement de l’utilisateur qui a toujours prévalu chez Club Internet. Aujourd’hui, nous insistons sur cette notion d’accompagnement et nous en faisons notre credo car nous pensons qu’une bonne assistance technique est l’attente première des abonnés et futurs abonnés en matière d’accès Internet. D’où notre nouvelle offre qui propose 30 minutes d’assistance technique téléphonique gratuite (voir édition du 18 août 2005). J’en profite pour rappeler que la hotline de Club Internet répond en moins de 3 minutes.

Vnunet.fr : Comment expliquez-vous ce besoin d’assistance ?
M.-C. L. : La démocratisation d’Internet, avec plus de 7 millions d’abonnés haut débit en France, fait que l’ordinateur est de plus en plus utilisé par des néophytes. Parallèlement, les produits se complexifient avec les offres double play et triple play [Internet, téléphone, télévision, Ndlr], la configuration des accès Wi-Fi, etc. Plus on offre de services et plus on devient l’interlocuteur unique du foyer .

Vnunet.fr: Votre nouvelle offre insiste également sur le service de téléphonie par Internet. La VoIP est-elle le nouvel eldorado pour les fournisseurs d’accès ?
M.-C. L. : C’est surtout un avantage incomparable pour l’utilisateur qui y voit d’importantes économies sur sa facture de téléphone, notamment à travers la gratuité illimitée des appels locaux et nationaux. Un nouvel abonné sur deux souscrit à l’offre de téléphonie sur IP de Club Internet. Il est certain que c’est un produit d’appel mais aussi de migration. Deux tiers de notre parc d’abonnés aura souscrit au service de téléphonie sur IP d’ici la fin de l’année.

Vnunet.fr: Aujourd’hui, globalement, il semble que les tarifs d’accès ADSL se stabilisent autour de 15 euros par mois pour les zones dégroupées. Pensez-vous qu’ils puissent encore baisser ?
M.-C. L. : Je pense que nous avons atteint un prix plancher. La logique économique se trouve aujourd’hui dans l’ajout de nouveaux services. Mais les offres promotionnelles sont également un moyen de diminuer encore les tarifs. Chez Club Internet, nous les faisons tourner régulièrement. La promotion des trois premiers mois à 9,90 euros au lieu de 15 pour l’accès ADSL 2+ s’est décalée selon le même principe sur l’offre couplée Internet-téléphonie, en promotion à 9,90 euros au lieu de 19,90..

Vnunet.fr : En juin, vous annonciez 260 000 abonnés haut débit dont 80 000 au service de téléphonie sur IP. Où en êtes-vous aujourd’hui après le lancement de l’ADSL 2+ ?
M.-C. L. : Notre maison mère T-Online [une filliale de Deutch Telekom, Ndlr] ne nous autorise pas à communiquer les chiffres en dehors des périodes de bilan comptable. Je peux seulement vous dire que, entre la France et l’Espagne, nous comptons 470 000 abonnés haut débit et que la majorité se trouve en France. Après une année 2004 concentrée sur l’atteinte de la rentabilité , qui a limité notre croissance, nous sommes de nouveau dans une période d’acquisition forte de nouveaux clients : ainsi nous avons multiplié par trois nos acquisitions par rapport à l’année dernière et avons doublé notre part de conquête entre le premier et deuxième trimestre 2005.

Vnunet.fr : Vous visez la troisième place sur le podium des opérateurs/FAI alternatifs pour 2007. Les récentes fusions/acquisition de Neuf Télécom et Cegetel d’une part et de Telecom Italia et Tiscali d’autre part ne risquent-elles pas de vous compliquer la tâche ?
M.-C. L. : Absolument pas, ces mouvements de fusion/acquisitions sont positifs pour le marché français. La place de troisième opérateur alternatif n’est pas encore prise et nous la visons. Il y aura encore des mouvements de concentration sur le marché français. Nous avons toujours dit qu’il y avait de la place pour trois acteurs européens et un ou deux acteurs locaux.

Vnunet.fr : En tant que futur opérateur, aborderez-vous le marché de la revente en gros de trafic et d’accès ?
M.-C. L. : Non. Nous exploiterons notre réseau pour nos besoins propres. Entrer sur le marché de gros compliquerait la gestion du réseau. Notre objectif est de construire un réseau de dernière génération simple à exploiter pour garantir une qualité de service optimale à nos abonnés.

Vnunet.fr : Une offre de dégroupage total est-elle prévue pour bientôt ?
M.-C. L. : Oui, nous devrions la lancer très prochainement, dans le courant du quatrième trimestre.

Vnunet.fr : Et quid de la télévision par ADSL ?
M.-C. L. : Comme nous l’avions annoncé lors de notre conférence en juin dernier (voir édition du 7 juin 2005), nous devrions lancer un service de télévision sur IP très innovant en partenariat avec la solution Microsoft TV pour la fin de l’année, ou début 2006. Nous restons en phase avec notre calendrier. Il est encore trop tôt pour en dévoiler le mode de commercialisation mais je confirme qu’il y aura un bouquet de chaînes télévisées et un service de vidéo à la demande.

Vnunet.fr : La télévision par ADSL ne risque-t-elle pas de faire de l’ombre à votre service de télévision sur l’ordinateur, Club Internet TV/LivePass ?
M.-C. L. : Absolument pas. Ce sont des usages très différents de la télévision classique. Club Internet TV favorise les formats courts (infos, sports, musique ?). En moyenne, les sessions durent 20 minutes. De plus, c’est souvent un usage en fenêtre sur l’écran que l’on peut visionner tout en effectuant une autre tâche sur l’ordinateur. Ce nouvel usage de la télévision sur l’ordinateur est un service très populaire auprès des adolescents. Club Internet TV compte plus de 100 000 utilisateurs, gratuits et payants confondus. Et puis, tout le monde ne peut pas bénéficier de la télévision par ADSL puisque celle-ci nécessite une bande passante minimale d’environ 3 Mbits/s.

Vnunet.fr : Justement, la construction de votre réseau propre en ADSL 2+ ne permettra-t-elle pas, à terme, l’augmentation de ces débit ?
M.-C. L. : A la différence d’autres réseaux plus anciens, notre réseau est directement construit en ADSL 2+ et sera compatible VDSL2, la deuxième génération de l’ADSL. Tous nos abonnés pourront théoriquement bénéficier de l’ADSL2+. Cependant, seuls ceux habitant à une distance suffisamment proche, moins de 2 km, du DSLAM [les concentrateurs où se rejoignent les lignes téléphoniques, Ndlr] pourront bénéficier de débits de 20 Mbits/s. Nous estimons leur nombre à environ 50 % de notre parc. Au-delà d’une certaine distance entre la prise téléphonique de l’abonné et nos DSLAM, les débits diminuent. Et la nouvelle génération de DSLAM ADSL 2+ ne résoud pas la problématique de la distance par rapport au DSLAM, inhérente à la technologie.

Vnunet.fr : Après l’ADSL 2+, la téléphonie et, bientôt, la télévision sur ADSL, que peut-on encore attendre de Club Internet ?
M.-C. L. : Nous réfléchissons à une offre quadruple play, incluant la téléphonie mobile. Mais il est trop tôt pour en parler, nous y reviendrons l’année prochaine. (Entretien réalisé le 18 août 2005.)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur