Mark Zuckerberg est le “prochain Bill Gates”, selon le fondateur de Salesforce.com

CloudCRMMarketing

Marc Benioff évoque l’essor d’un “cloud 2” qui combine réseau social et mobilité. Au passage, il encense le fondateur de Facebook et enfonce le créateur d’Oracle.

Lors d’une session Gartner Symposium/ITxpo 2010 organisée le 19 octobre à Orlando (Floride), Marc Benioff, P-DG et fondateur français de Salesforce.com, a considéré que le cloud allait évoluer vers les applications mobiles et avec une impulsion des réseaux sociaux.

En juin, il a poussé l’idée d’un “Cloud 2” comme “une combinaison de cloud, de social networking et d’applications mobiles”.

Salesforce.com sait de quoi il parle : c’est l’un des pionniers des services ASP (devenu Software-as-a-Service SaaS), orienté dans la gestion de la relation client (GRC) avec un modèle économique fondé sur l’abonnement.

“Notre industrie change”, a-t-il déclaré. “Maintenant, nous bougeons vers les Facebook, les Twitter, les iPad, les Android, les BlackBerry Torch…Et vous percevez les transformations qui s’opèrent.”

Courant septembre, Salesforce.com avait dévoilé Chatter 2, la nouvelle génération de sa plate-forme collaborative qui permet à des employés d’une entreprise de poster des commentaires et de partager des fichiers dans une interface à la Facebook.

Les utilisateurs peuvent modeler leurs profils, former des groupes, cliquer sur des fiches d’aide et sur des contributions et suivre les enrichissements d’autres collègues d’une même société.

Marc Benioff dispose d’un statut privilégié pour observer la bascule du secteur IT vers le modèle Internet (cloud première génération ou cloud 2).

“Combien d’entreprises achètent toujours des mainframes ?”, a demandé le fondateur de Salesforce.com aux professionnels IT présents dans l’assistance sous forme de sondage express. Un petit nombre de responsables informatiques lève la main mais la proportion n’est pas négligeable.

“C’est étonnant de constater comme tout paradigme reste en vie”, déclare Marc Benioff, un brin amusé. “Mais, plus le paradigme évolue, plus il y a création de valeur”, poursuit-il. “Lorsque vous regardez Facebook et son introduction en Bourse en suspens, la taille est impressionnante…Apple contribue en grande partie à ce nouveau paradigme en offrant davantage de valeurs à un nombre accru d’utilisateurs.”

(lire la fin de l’article page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur