Marketing en ligne : Netbooster prend la direction de la Bourse

Cloud

L’agence dédiée au search marketing vise une place sur Alternext. Elle a scellé plusieurs partenariats pour étoffer son réseau.

Dotée d’une nouvelle direction et d’activités plus diversifiées, Netbooster cherche à disposer de leviers financiers afin d’accompagner son développement. D’où sa volonté de déposer sa candidature sur le segment Alternext d’Euronext Paris. Dans le meilleur scénario, le passage en Bourse pourrait survenir avant le début de l’été.

Historiquement, depuis sa création en 1998, l’agence s’est positionnée comme un spécialiste du référencement Web. Dorénavant, elle se tourne dorénavant vers des activités plus larges liées au marketing interactif, qui comporte des dimensions de génération de trafic, d’affiliation et toujours un peu de référencement. “Nous ne disposons pas de compétences techniques de type SSII. En revanche, nous sommes aptes à répondre à la définition d’un cahier des charges pour le pilotage marketing”, explique Pascal Chevalier, Directeur général de Netbooster.

La société a développé des outils pour mesurer l’efficacité de leurs campagnes comme les logiciels ROI Platform et Netbooster Visibility Platform. Elle affiche une base de données de 600 clients en France. Le site Internet de l’agence donne quelques références comme Danone, Nestlé, Procter & Gamble, La Poste, Pixmania.com ou M6.fr.

Dévelopement européen

Cette mutation de Netbooster a été facilitée par la mise en place fin 2004 d’une nouvelle équipe de managers. Après le départ de Jean-Pierre Eskenazi, le fondateur de Netbooster, qui souhaitait prendre du recul, Pascal Chevalier et Stéphane Darracq, qui occupe le poste de directeur financier, ont pris en main les rênes de l’agence. Quant à Emmanuel Brizard, il a rejoint Netbooster en tant que président en février 2006 pour aider la société dans la procédure d’introduction.

Le groupe Netbooster, qui dispose de relais au Royaume-Uni, Allemagne et en Espagne (l’Italie devrait suivre dans le courant du deuxième semestre), emploie désormais 65 personnes. Il prévoit de recruter une cinquantaine de personnes “pour accompagner sa forte croissance” en Europe dans les 18 prochains mois. La société communique un chiffre d’affaires en 2005 de 8,9 millions d’euros, en progression de 70% par rapport à l’année précédente.

Mais, auparavant, les comptes étaient marqués par un niveau d’endettement élevé. “En 2004, la situation était encore tendue. Mais, en janvier 2005, Stéphane Darracq et moi-même avons réalisé un apport de cash significatif dans la société par augmentation de capital, puis un plan drastique de réduction des coûts et enfin un net effort sur le commerce”, explique Pascal Chevalier. “Tout cela nous a permis de retrouver fin 2005 une situation bénéficiaire, des fonds propres positifs et un endettement redevenu normal”, rajoute-t-il.

Réseau étoffé

Récemment, Netbooster a procédé à quelques prises de participations pour acquérir des compétences complémentaires : le groupe détient 20% de l’agence Internet Reverso et 50% de Buzz-Lemon spécialisée dans le marketing viral. Le réseau de partenariats s’étoffe au fur et à mesure : ainsi, Netbooster a noué des liens avec la nouvelle agence de communication La Chose, co-fondée par Eric Tong Cuong (ex-président d’EMI France et ancien président d’Euro RSCG BETC).

Un rapprochement qui se traduit par une prise de participation de 5% de La Chose dans Netbooster. “C’est une opération capitalistique symbolique. Nous avons besoin d’interlocuteurs dans le monde du off-line et, à l’inverse, La Chose a besoin d’appuis pour ses développements Internet”, indique Pascal Chevalier. Toujours un souci de complémentarité.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur