Martin Bouygues attaque la qualité du réseau Free Mobile

Cloud

Le P-DG du groupe Bouygues a exposé aux étudiants de l’université Paris IX Dauphine sa vision de l’entrée fracassante de Free Mobile. On s’y attendait : il n’est pas tendre avec son nouveau concurrent.

La “forme d’amour particulière” qu’entretient Bouygues Telecom avec Free Mobile continue.

Mardi 9 avril, Martin Bouygues, P-DG du groupe Bouygues (maison-mère de Bouygues Telecom), est intervenu est dans le cadre d’une session universitaire à Paris IX Dauphine.

Il y a répondu à une question sur Free Mobile… Sans prendre de gants.

Free “a une base de clients et je peux vous le dire, même si c’est confidentiel, nous ne perdons plus de clients aujourd’hui et il commence à avoir des problèmes d’image, notre ami Free.”

Le ton pugnace utilisé par Xavier Niel, patron d’Iliad-Free, lors du lancement de son offre mobile le 10 janvier laisse des traces : “On a traité nos clients de pigeons, etc. Il faut voir le service qui est offert par Free qui est une calamité” , a commenté Martin Bouygues selon les propos repris via Satmag.fr.

Il fait référence aux coupures de service observés et à la mauvaise qualité du réseau en heure de pointe dévoilée récemment par Capital.

Un problème auquel Free Mobile est censé s’atteler.

Au-delà du réseau, c’est le business model de l’opérateur mobile créé par Xavier Niel qui laisse Martin Bouygues perplexe.

Le prix que fait Free n’est pas le résultat de la productivité d’une usine que Free aurait fabriqué. Pas du tout.”

Il achète le produit à Orange dans des conditions qu’on ne connaît pas et il revend à des conditions qu’on connaît. De ce que je sais, ça ne laisse pas beaucoup entre les deux.”

Par exemple, il se demande quelle marge peut faire Free sur son forfait à 2 euros, ce qui fait 1,60 euro hors taxes.

Selon lui, ce sont les frais cachés “qui assassinent les clients.” Et il affirme que Bouygues Telecom s’est déjà aligné sur le forfait illimité Free Mobile à 20 euros.

Le P-DG du groupe Bouygues suggère un autre gros souci. “Construire un réseau mobile pour un milliard d’euros, c’est im-po-ssible. On peut raconter ce que l’on veut mais nous on sait ce que c’est.”

L’investissement déjà consenti par Iliad-Free est jugé nettement insuffisant : “130 millions, c’est zéro, c’est rien du tout, c’est peanuts, c’est une plaisanterie.”

Sur la même période de référence 2010-2011, Bouygues Telecom, qui est un réseau mobile déjà déployé, a dépensé 1 milliard en investissement de maintenance et de complément de couverture et de upgrade technologique.”

Dans une industrie à coûts fixes, l’entrée de ce pseudo-MVNO, qui dispose d’un contrat présumé privilégié avec Orange, lui permettrait d’adopter une structure de coûts variables qui va “détruire le marché“, affirme Martin Bouygues.

Alors les difficultés de services rencontrés par Free Mobile, c’est un peu le retour de manivelle. Ce qui n’est pas pour déplaire à Bouygues Telecom :

On est dans une course où l’on revient dans une compétition normale où il faut séduire les clients pour leur offrir un vrai service, un vrai produit et des offres compétitives.”

Logo : © microcozm – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur