MasterCard : l’IA pour trier le vrai du faux dans les transactions à valider

E-commerceE-paiementMarketing
mastercard-intelligence-artificielle-validation-transaction
5 30

C’est une première : MasterCard intègre une couche IA dans son réseau de paiement électronique pour décider plus vite si les transactions en cours sont légitimes ou non.

MasterCard a dévoilé fin novembre sa plateforme d’intelligence artificielle pour son réseau mondial.

En s’appuyant sur le machine learning (« apprentissage automatique »), l’émetteur de cartes de paiement électronique veut augmenter son temps de réaction pour valider les transactions légitimes apparaissant initialement comme suspectes.

On peut considérer cette solution comme une plateforme d’aide à la décision et de détection de la fraude.

Decision Intelligence – c’est le nom de la techno IA –  a vocation à soutenir les institutions financières qui veulent affiner le process de confirmation en temps réel et de réduire le nombre de refus non légitimes. Ce qui devrait soulager les banques, puis les commerçants et enfin le consommateur final au bout de la chaîne qui pourra finaliser son acte d’achat sans souci apparent.

La technologie IA sera en mesure de scruter un compte bancaire en particulier et d’analyser les habitudes d’achat de son détenteur. Et ce, afin de détecter les transactions qui paraissent normales ou non.

D’autres paramètres seront intégrés dans l’analyse de Decision Intelligence comme la segmentation client, les profils à risque, la localisation, le commerçant, les données de l’appareil de paiements, l’heure, le jour et le type d’achat effectué.

MasterCard évoque un cap important : c’est la première fois qu’une couche IA est directement intégrée sur le réseau de transaction électronique. Elle est associée à la plateforme Enhanced World Elite qui équipe toutes les marques et produits MasterCard sur tous les marchés.

Avec l’intelligence artificielle, MasterCard appréhende davantage l’évaluation, la notation et la contextualisation de chaque transaction, au-delà des règles pré-définies et des scores prédictifs fondés sur une analyse algorithmique.

Comme le concept de machine learning le suggère, « l’apprentissage automatique » permet d’intégrer progressivement la compréhension de nouveaux scénarios de transaction et finalement d’accélérer l’approbation.

Une manière d’endiguer les transactions refusées à tort pour satisfaire les banques et les commerçants, qui permet de l’autre côté de renseigner la base de données portant sur les risques permanents de fraude.

Un équilibre subtil de vase communiquant pour analyser et absorber l’information. Trier le bon grain de l’ivraie à l’ère de l’IA en quelques sortes.

« Nous aidons les institutions financières et les commerçants à améliorer le taux d’approbation des transactions – mais aussi l’expérience des consommateurs », assure Ajay Bhalla, Président, Risque et Sécurité chez MasterCard, cité dans le communiqué.

En guise d’alternative, il est possible d’activer l’outil holistique de Mastercard dédié à la lutte anti-fraude qui inclut également des seuils d’alerte et de refus.

A la mi-novembre, MasterCard a organisé son premier Forum de l’innovation à Paris. Le réseau d’émetteurs de cartes explore de nouvelles pistes pour le paiement électronique en creusant des thèmes comme la « ville intelligente », l’Internet des objets (IoT) et la biométrie.

(Crédit photo : MasterCard)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur