Matooma prépare un « réseau universel » pour les objets connectés

Gestion réseauxM2MOpérateursRéseaux
matooma-internet-objets-2
6 4

Matooma prépare un « réseau universel » pour les objets connectés

Matooma veut dépasser l’angle machine-to-machine (M2M) pour aborder le marché plus large de l’Internet des objets.

En début d’année prochaine, la start-up montpelliéraine, co-fondée par John Aldon et Frédéric Salles, lancera un nouveau réseau sécurisé et interopérable : MatooWan.

Selon LaTribune.fr, il s’agirait en fait d’une passerelle fédérant les principaux systèmes de communication : réseaux mobiles (3G, 4G…), réseaux bas débit pour l’IoT (Sigfox, LoRa), communications locales (Wi-Fi, Bluetooth)…

Des partenariats ont été signés dans ce sens, notamment avec la branche française de Zayo (USA, colocation en data centers) et Nutanix (USA, fourniture de serveurs nouvelle génération exploités sous VMware).

Plusieurs opérateurs télécoms accompagneraient aussi le projet : Orange, SFR et Bouygues Telecom (France), KPN (Pays-Bas) et Sierra Wireless (Canada).

Par l’intermédiaire de MatooWan, Matooma compté séduire une cinquantaine de clients dès la première année. Sachant que la société revendique 1200 clients dans le M2M dont Legrand, Plastic Omnium mais aussi Securitas et Europ Assistance.

Selon Le Figaro, Matooma a testé son nouveau service réseau MatooWan avec cinq sociétés pilotes, dont Legrand (avec un boîtier domotique dédié aux personnes âgées) et Photomaton.

L’année 2016 devrait être celle de l’essor à l’international : après avoir ouvert une agence à New York, Matooma compte s’installer à Madrid en début d’année prochaine. Sept autres marchés à conquérir sont escomptés d’ici d’ici trois ans.

Créée en juin 2012, Matooma compte réaliser un chiffre d’affaires de 3,4 millions d’euros en 2015 (contre 2,1 millions en 2014 et 5,5 millions d’euros escomptés l’an prochain). Son effectif devrait atteindre une cinquantaine de personnes d’ici fin 2016 (25 actuellement).

Reconnue comme un « Glocal Leaders » par l’IE-Club début 2015 et lauréat du Pass French Tech pour son potentiel de croissance en septembre dernier, Matooma avait levé l’an passé un million d’euros auprès de capital-investisseurs régionaux :  SORIDEC, JEREMIE LR (Caisse d’Epargne et Région Languedoc – Roussillon) et SOFILARO (Crédit Agricole).

En septembre, elle se targuait dans Les Echos de ne pas avoir besoin de concrétiser une levée de fonds de 10 millions d’euros qui était prévue cette année pour assurer son développement.

Toujours à la rentrée de septembre, elle a réalisé un investissement dans Plussh, une autre start-up de Montpellier Métropole dédiée au « live stream ». Cette collaboration devrait aboutir à une nouvelle offre « dans les prochains mois ».

(Crédit photo : Matooma : Frédéric Salles et John Aldon, Pass French Tech – 15/09/15)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur