Maxell rejoint l’aventure des tablettes tactiles

MobilitéOS mobilesTablettes
tablette Maxell MaxTab

Spécialiste du stockage, Maxell tente l’aventure des tablettes tactiles. Il en résulte deux terminaux Android de 7 et 8 pouces réunis sous la bannière Maxtab.

Que sa cible de prédilection touche au consommateur lambda ou aux marchés verticaux, Maxell joue d’une assurance affirmée et d’un soupçon d’opportunisme pour introniser, en quasi-catimini, deux tablettes tactiles low cost de 7 et 8 pouces, regroupées sous la bannière Maxtab.

L’argumentaire matériel n’en mène toutefois pas long pour ces deux terminaux respectivement affichés à 199 et 299 euros. Associé à 512 Mo de mémoire vive, l’unique coeur du processeur Cortex A8 à 1,2 GHz ne paie guère de mine.

Dans cette même lignée, la mémoire de stockage se limite à 4 Go, tout juste extensibles de 16 Go moyennant l’adjonction d’une carte microSD.

En guise d’épilogue à un tel tableau sans étincelle, les 300 000 pixels de la webcam frontale portent au rire plus qu’à la réflexion. L’autonomie conclut cette mascarade de quelque 4 heures et demie de fonctionnement continu.

Maxell le reconnaît, de telles ardoises dédient exclusivement leur office à la consommation de contenus, tout particulièrement via un dispositif d’affichage externe. En témoigne cette interface HDMI habilitée à la diffusion de flux en HD 1080p.

Tout acte de création proscrit par la même, la connectique restreinte du modèle 7 pouces (un seul mini-USB) condamne en parallèle de nombreux usages qui auraient pu en sauver la face. La version à 8 pouces corrige le tir d’un USB au format traditionnel.

Pour autant, l’implémentation d’une image système Android taillée sur mesure pour ces tablettes laisse entrevoir des perspectives de fiabilité, d’endurance à la tâche.

De quoi constituer un parc mobile peu onéreux à destination des petites structures, quoique dans la même catégorie, l’Amazon Kindle Fire soit parvenue à s’entourer d’une communauté plus dense et de nombreux services annexes.

A ce socle singulier des Maxtab, il conviendra d’ailleurs d’adjoindre un écosystème logiciel qui n’est pas pour faire défaut avec Android.

La sécurité de l’information revêt néanmoins un tout autre enjeu auquel Maxell, par essence spécialiste du stockage, ne semble s’attacher qu’en diagonale.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur