Médias mobiles : La télévision envahit le très petit écran

Mobilité

Sur fond de déploiement des services mobiles 3G, le ministre délégué à l’Industrie a inauguré un nouveau forum dédié à la télévision sur mobile. C’est une nouvelle illustration de la convergence des réseaux numériques de diffusion.

Patrick Devedjian a inauguré le 23 novembre le Forum de la télévision mobile. Ce forum “aura pour vocation de promouvoir la télévision mobile sur ses deux principaux vecteurs de diffusion : Internet mobile et numérique terrestre”, selon le ministre délégué à l’Industrie. L’arrivée, d’une part, des nouvelles générations de téléphones mobiles prêts pour la 3G (voir édition du 10 novembre 2004) et, d’autre part, le lancement, le 1er mars 2005, de la télévision numérique terrestre (TNT), offrent de nouveaux horizons de consommation des images animées. Une cinquantaine d’acteurs (diffuseurs, opérateurs, associations professionnelles) ont signé un engagement de développement qui se traduira, dans un premier temps, par une phase expérimentale pour 2005.

Un marché particulièrement prometteur

Pour les opérateurs de téléphonie mobile, la télévision mobile apparaît comme une gamme de services innovants et payants. “Avec d’une part un écran pratiquement toujours disponible dans la poche d’un nombre croissant d’utilisateurs et d’autre part une habitude prise de payer pour accéder à un contenu ciblé, l’arrivée de services vidéo mobiles s’annonce comme un marché particulièrement prometteur”, confirme Patrick Devedjian.

Les programmes vidéo sur téléphones mobiles seront accessibles à travers deux sources, qui peuvent d’ailleurs se compléter. Par l’Internet mobile (comme le permet l’UMTS), d’une part, qui permettra de consulter des contenus à la carte (en streaming comme en téléchargement) et par le lancement de la TNT qui “pourrait offrir un espace au développement de services mobiles, en conjuguant les formats MPEG4 et DVB-H [Digital Video Broadcasting: Handhelds, norme de diffusion audiovisuelle pour les petits écrans, ndlr]”, a souligné le ministre.

Problèmes techniques irrésolus

Il reste cependant au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) d’attribuer les fréquences destinées à la télévision mobile. Ce qui pourrait être fait à travers le multiplex R5 (sur les six que compte la TNT) dont l’usage n’a pas encore été arrêté par le CSA. Après consultation publique lancée le 9 juin 2004, le CSA a recueilli des projets de diffusion de chaînes nationales et locales, et de canal d’exploitation de la norme MPEG-4 pour la télévision haute définition ou mobile.

Sauf que des problèmes techniques majeurs sont loins d’être tous résolus. A commencer par les différentes tailles des écrans des terminaux mobiles. D’autre part, la normalisation du DVB-H ne sera pas finalisée avant un an, selon le CSA. De plus, l’intégration du MPEG-4 dans la norme de diffusion DVB fait toujours l’objet de travaux. Sans parler des processus industriels (particulièrement les puces d’encodage/décodage temps réel) n’existent pour l’heure qu’à l’état de prototypes. Une normalisation n’est pas attendue avant fin 2005. Malgré ces nombreux paramètres le CSA “est prêt à faire ses meilleurs efforts pour trouver les fréquences nécessaires pour réaliser, dès que possible, des expérimentations de réception mobile à la norme DVB-H.”

Intérêts non convergents

D’autre part, les intérêts des diffuseurs et des opérateurs ne se rejoignent pas forcément. Et les promesses de ce nouveau marché ne pourront être tenues sans une étroite coopération des deux industries. Au moins, ils bénéficieront prochainement d’un cadre juridique adapté. La loi sur les communications électroniques et les services de communication audiovisuelle, dite “paquet télécom” (voir édition du 3 juin 2004), vise à simplifier et harmoniser le cadre juridique pour l’ensemble des réseaux de communications électroniques afin de favoriser la convergence entre l’ensemble des communications électroniques. Patrick Devedjian s’est engagé à faire signer les décrets avant la fin de l’année.

Il reste que, malgré les avancées technologiques et le cadre juridique adapté, les acteurs de cette nouvelle industrie devront trouver un terrain d’entente pour développer les potentialité de ce futur marché. “La télévision mobile doit précisément être le lieu de rencontre de l’audiovisuel et des télécommunications”, a rappelé Patrick Devedjian. C’est notamment le rôle du forum ouvert aujourd’hui et qui aura “vocation à se structurer en association et à devenir l’interlocuteur du Ministère délégué à l’Industrie pour ce qui concerne le développement de la télévision mobile”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur