Medium réduit la voilure pour pivoter sur un modèle plus « audacieux »

EntrepriseLicenciementsManagementMarketingSocial MediaStart-up
medium-reduction-voilure-pivot

Medium licencie un tiers de son effectif et ferme deux bureaux. La plateforme de publication éditoriale d’Ev Williams (Twitter) veut remettre à plat son modèle.

57 millions de dollars en septembre 2015, 50 millions de dollars en avril 2016…Après l’euphorie des levées de fonds réalisées par Medium, le retour à la réalité du business est plus terne.

En ce début d’année 2017, la plateforme de publication éditoriale réduit la voilure en termes d’effectif : un tiers des collaborateurs est licencié, ce qui correspond à une cinquantaine de postes (commerciaux, support et fonctions transversales mais les ingénieurs restent).

Et deux bureaux seront fermés à New York et Washington. Sachant que le siège de la société Internet est localisé à San Francisco depuis sa création en 2012.

Ev Williams, CEO de Medium (et cofondateur de Twitter), fournit des précisions sur le contexte moribond dans une contribution sur…Medium.

Il évoque un tournant dans le modèle économique initialement retenu…qui consistait justement à développer une platforme pour définir un nouveau modèle pour les médias sur Internet.
Le socle « contenu éditorial à valeur ajoutée =>génération de trafic => publicité » de Medium manque d’ambition, évoque Ev Williams pour justifier le pivot. 

« Certains contributeurs parmi les meilleurs du Web sont désormais sur Medium et nous sommes ravis de collaborer avec eux au quotidien », commente le fondateur de la start-up. « Nous avons aussi perçu l’intérêt de grandes marques et nous avons tenu nos engagements sur les campagnes marketing menées sur notre plateforme. »

Mais cela ne suffit pas aux yeux du serial entrepreneur. Le modèle publicitaire retenu n’est pas assez disruptif. « Nous avons pris conscience que nous ne disposions pas de la bonne solution pour répondre à la grosse question : comment inciter à payer pour du contenu de qualité ? »

Ev Williams évoque une approche plus « audacieuse » : « Nous pensons que les gens qui écrivent et qui partagent des idées devraient être récompensés par leur capacité à vulgariser et informer, au-delà de la possibilité d’attirer l’attention quelques secondes. »

La nouvelle clé de voûte de Medium passerait donc par « un nouveau modèle pour les contributeurs et les créateurs qui reposeraient sur la valeur générée au profit des gens ».

Mais ce changement de vision demeure abstrait en termes de business plan. On en saura plus après une remise à plat du modèle, censé être moins dépendant du trafic d’audience et de la publicité.

En quatre ans, Medium a levé 132 millions de dollars en trois tours auprès de fonds comme Spark Capital, Andreessen Horowitz et Greylock.

Une explication du fondateur de Medium qui ne passe pas toujours dans la communauté des contributeurs comme David Heinemeier Hansson (DHH).

Dans une contribution sur Medium en date du 5 janvier, le créateur du langage de développement Ruby on Rails et fondateur de Basecamp (en qualité de CTO) déclare aimer vraiment cette plateforme de publication éditoriale. Mais il met en cause le comportement des VC et ne comprend pas pourquoi il a fallu autant de temps pour se rendre compte que la start-up avait dévié de sa trajectoire initiale.   


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur