Meero lève 15 millions d’euros pour ubériser la photographie commerciale

EntrepriseLevées de fondsStart-up
levee-fonds-meero

Meero (place de marché de photographes indépendants) boucle un tour de table de 15 millions d’euros dont une première tranche avait été annoncée en juin.

Tour de table bouclé pour Meero.

La SAS parisienne*, qui s’est développée essentiellement dans le secteur immobilier avec une place de marché de photographes indépendants assortie de solutions de traitement d’images, avait dévoilé en juin dernier, une première tranche de 4,1 millions d’euros.

Xavier Niel (Iliad-Free, Kima Ventures, Station F) et Fabrice Grinda (Aucland, Zingy, OLX) figuraient parmi les investisseurs cités à cette occasion, aux côtés de Bernard Arnault via son fonds Aglaé Ventures et de la « ruche à start-up » Rocket Internet.

Le cercle s’élargit avec trois fonds respectivement d’origine française, allemande et britannique : Alven Capital, Global Founders Capital et White Star Capital. Et le montant de la levée atteint 15 millions d’euros.

Le fil Twitter de Meero donne une idée du développement de l’activité, qui avait démarré à Paris avec des clichés sur lesquels n’était apposé ni logo, ni filigrane… et qui s’est étendue à des chambres d’hôtel, des immeubles de bureaux, des cabinets d’architectes, etc. – les vidéos et les panoramas en « visites virtuelles » s’étant dernièrement adjointes aux photos.

Une fenêtre dans le retail

L’offre, dont la commercialisation avait débuté en novembre 2015, couvre aujourd’hui la France, la Suisse, la Belgique, le Luxembourg, l’Espagne, le Portugal et Israël. La levée de fonds devra permettre d’étendre ce périmètre géographique, avec en première ligne le marché américain.

Meero, qui dit fédérer « plus de 4 000 photographes » pour 10 000 clients dont BNP Paribas Real Estate (immobilier commercial), Laforêt (résidentiel) et Le Collectionist (luxe), compte aussi monter en puissance sur d’autres verticales, à l’image de l’alimentation et du commerce de détail.

Sur le modèle d’Uber pour le transport privé, les photographes ne sont pas des salariés de Meero, qui ne leur fournit par ailleurs pas de matériel. Un revenu leur est en revanche garanti pour leurs prestations, facturées au forfait, avec un ticket d’entrée à 75 euros HT pour 12 photos mises à disposition du client au format jpeg, dans une résolution minimale de 300 dpi, en 1 771 x 2 480.

Une fois le shooting effectué, des algorithmes prennent le relais, assurant, selon Meero, une postproduction « en moins de 24 heures ».

* Fondée en 2014 par Guillaume Lestrade et Thomas Rebaud. Le premier a passé plusieurs années à la tête du groupe immobilier franco-saoudien East & West Real Estate. Le second a créé l’agence de développement Web et mobile GeoKs et la plate-forme CrediZ (octroi de crédits à la consommation à 0 %).

Photo via Visualhunt.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur