Meetic cherche une combinaison “Web+mobile” gagnante voire plus si Affinity

CloudMobilitéOS mobilesSmartphones

Le spécialiste européen de la rencontre en ligne prend un virage Web 2.0 et “web apps”. Entre consolidation, croissance externe et exploration de nouveaux filons dans le “dating”…

Meetic veut organiser une “fusion” des usages Web et mobiles.

Pour le Web, une nouvelle plate-forme dédiée à la rencontre sur Internet, totalement re-développée, fera son apparition d’ici fin juin 2011.

“On reprend les codes des réseaux sociaux”, a commenté Philippe Chainieux, Directeur Général Délégué de Meetic Group, qui a présenté mercredi les résultats financiers 2010 du réseau européen de rencontres en ligne et ses perspectives.

Au nom du “social matching”, le nouveau Meetic proposera également un contenu plus dense et diversifié avec l’intégration “d’apps” en provenance d’éditeurs tiers comme Allociné.com (portail cinéma), Last.fm (web radio), Facebook (réseau social) et Worldcat (“le catalogue mondial des collections de bibliothèques”).

“Aucun site de dating n’est parvenu à ce degré d’intégration”, assure Philippe Chainieux, qui en profite pour annoncer la création d’un “service client disponible 24/24 – 7/7”.

La recherche locale et la géolocalisation seront également prises en compte et une nouvelle algorithme de matching va exploiter les données recueillies via les apps.

Il sera intéressant de voir comment les données personnelles seront exploitées dans ce mixte Web 2.0. Meetic assure que les outils de surveillance (notamment la modération) seront renforcés.

Sur le front des smartphones, Meetic veut gagner des points, considérant que la mobilité est désormais un véritable levier pour favoriser son business.

Fin 2010, une version Meetic pour Windows Phone 7 était sortie. Mais les autres déclinaisons seront livrées courant 2011 : iPhone (premier trimestre), Android (troisième trimestre) et BlackBerry (quatrième trimestre).

Meetic avait déjà exploré l’Internet mobile à l’ère du wap à partir de 2004. Ce qui lui permet d’afficher un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros avec Meetic disponible sur les téléphones portables (2% du chiffre d’affaires global). Un début pour une société qui veut faire du business à 50/50 entre le Web et le mobile à terme.

“Nous avons toujours 120 000 abonnés qui acceptent de payer entre 4 et 6 euros par mois pour en bénéficier”, glisse Philippe Chainieux.

Mais à l’ère des smartphones et “apps”, le modèel économique est à revoir. Des nouvelles formules d’abonnement “Web-mobile” sont actuellement testées pour trouver le bon positionnement du curseur business.

(lire la fin de l’article page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur