Meetic poursuivra sa route en solo

Cloud

Faute d’avoir trouvé un acquéreur “reflétant la valeur et le potentiel de Meetic”, la société dédiée aux rencontres en ligne mettra en œuvre un nouveau plan de développement sur trois ans.

Il n’est pas évident de céder Meetic. Marc Simoncini et Match Pegasus, les deux principaux actionnaires de la société exploitant le réseau européen de sites de rencontres, ont annoncé qu’ils ne cherchaient plus à vendre leur participation.

“Aucune offre n’ayant été considérée comme reflétant la valeur et le potentiel de Meetic”, peut-on lire dans le communiqué de presse.

Dans une interview accordée aux Echos, le patron de Meetic, qui souhaite toujours prendre du recul pour se consacrer à son fonds d’investissement Jaina Capital, déclare que des discussions ont été initiées avec “quatre acquéreurs potentiels, dont trois étrangers” (fonds, opérateurs télécoms, groupes médias…).

En vain. “Nous nous doutions que Meetic était trop gros pour être racheté par un acteur français, nous nous sommes aperçus que nous étions aussi peut-être trop gros pour être rachetés par un acteur européen”.

Du coup, place à la croissance organique voire aux opportunités de rachats pour grossir la base d’abonnés (un million actuellement).

“Nous allons donc mettre en oeuvre notre nouveau plan de développement sur trois ans. Nous pensons être capables d’atteindre un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros”, précise Marc Simoncini, toujours dans l’entretien diffusé par le quotidien économique.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur