Megaupload : Kim Dotcom prêt à répondre devant la justice américaine

Cloud
Justice brevets Proview Technology Apple iPad

En liberté surveillée en Nouvelle-Zélande, Kim Dotcom, fondateur de Megaupload, pourrait spontanément se livrer à la justice américaine au lieu d’attendre son extradition (pas avant mars 2013).

Kim Schmitz, alias “Kim Dotcom“, serait prêt à se rendre spontanément aux Etats-Unis pour son procès.

Au lieu d’attendre la décision ou non d’extradition (pas avant mars 2013), le cofondateur de Megaupload serait prêt à se rendre volontairement aux Etats-Unis pour son procès.

Via Twitter, le fondateur de Megaupload se montre déterminé en interpellant les autorités américaines :

“Hey DoJ (Département de la Justice: ndlr), on va aller aux US.””Pas besoin d’extradition. On veut la liberté sous caution, la libération des fonds pour les avocats et pour les frais de vie quotidienne”.

Avec le report de l’audience déterminant pour son sort, Kim Dotcom veut prendre les choses en main.

Actuellement en liberté surveillée en Nouvelle-Zélande, il propose de quitter de son plein gré la Nouvelle-Zélande pour les Etats-Unis.

A condition que la justice libère ses biens afin qu’il puisse se défendre.

Dans un entretien au New Zealand Herald, Kim Schmitz déclare avoir accumulé une ardoise de plusieurs millions de dollars pour sa défense, sans pouvoir payer un seul cent.

“Ils veulent me pendre haut et court”, affirme-t-il.

Rappelons qu’il risque 20 ans de prison pour piratage après la coupure de Megaupload, la plate-forme de vidéos en streaming coupé le 25 janvier.

Mais cela ne l’empêche pas d’avoir de nouveaux projets de services Internet comme Megabox.

Il a récemment lancé un appel sur Twitter pour trouver un hébergeur localisé hors des Etats-Unis (la leçon a été retenue a priori)  et des opérateurs de transit IP en Europe, Amérique du Sud et Asie.

 

Kim Dotcom s'adresse au DoJ sur Twitter

Crédit image : © James Steidl – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur