Marketing

Megaupload : Kim Dotcom mobilise ses partisans

kim-dotcom-megaupload-piratage-streaming
0 0

Le trublion du Net déclare qu’il prépare le retour de la plateforme de transfert de fichiers coupée depuis janvier. Il fait appel aux développeurs et aux hébergeurs.

Kim Dotcom est déterminé : Megaupload va renaître sous la forme d’un « réseau mondial massif.

Il  favorisera le transfert chiffré de fichiers « simplement », « gratuitement » et en garantissant le respect de la vie privée.

Malgré ses déboires avec la justice américaine qui l’accuse de piratage, le fondateur de la plateforme  de streaming vidéo (qui est coupée depuis janvier) organise son retour à coups de tweets.

Il cherche à mobiliser les développeurs afin de leur donner un accès privilégié aux interfaces de programmations (API).

Mais aussi à rallier les hébergeurs qui pourront connecter leurs serveurs et y associer de la bande passante (ceux installés aux Etats-Unis ne sont pas admis dans le cercle, on se demande pourquoi…).

« Notre méga API fourniront une puissance incroyable. Et nos méga-outils changeront le monde », précise Kim Dotcom qui prend ses habit de VRP pour organiser « Megaupload, la revanche après l’humiliation ».

Ce projet de refonte de Megaupload est-il lié à Megabox du nom d’une plateforme musicale que Kim Dotcom promeut parallèlement ?

Des doutes subsistent sur la manière dont les futurs seront imbriqués (ou non).

Néanmoins, Kim Schmitz de son vrai nom n’échappera pas à la justice américaine qui lui demande toujours des comptes.

Actuellement, il est bloqué en Nouvelle-Zélande en attendant une extradition probable pour un procès aux Etats-Unis.

Le trublion du Net peut respirer un peu : la Haute Cour de Nouvelle Zélande l’a autorisé à obtenir un prêt public de 4,8 millions de dollars pour organiser sa défense.

Tous ses biens avaient été confisqués en janvier après la perquisition menée dans sa villa située près d’Auckland.

Depuis, la justice du pays a considéré que les forces de police avaient mené cette procédure de manière abusive.

  1. Je lis : « Notre méga API fourniront une puissance incroyable. » Si l’on aurait pu pardonner à Kim Dotcom de faire des fautes de grammaire en français, ce n’est pas le cas du journaliste Philippe Guerrier… En guerre contre le français, je suppose. A moins que ce ne soit contre l’objectivité : « Kim Schmitz de son vrai nom n’échappera pas à la justice américaine. » (notez le futur, qui ne laisse planer aucun doute). Ce journaliste connaît le dénouement de l’affaire avant tout le monde. Bravo !

      1. On peut trouver le conditionnel après la conjonction « si » lorsqu’elle exprime l’interrogation indirecte, dans ce cas là, sa phrase est juste !

      2. Désolé pour vous, mais « si l’on aurait » est correct, car il s’agit là d’une hypothèse.

  2. On peut trouver le conditionnel après la conjonction « si » lorsqu’elle exprime l’interrogation indirecte, dans ce cas là, sa phrase est juste !

  3. @maneton
    Votre citation est incomplète « Dans les phrases composées de 2 propositions », ce n’est pas le cas pour @Freelancer_57.

  4. Les fautes d’orthographes (ça arrive) puis c’est hors sujet!! Perso je trouve l’idée d’un retour de megaupload
    super sans doute comme beaucoup, mais le procès risque d’être interminable et à mon avis un nouveau projet est un peu prématuré.

  5. L’attaque contre Megaupload est un coup orchestré par les major.
    Son combat est légitime et le soutenir est absolument nécessaire à la survie de l’internet encore un peu libre

  6. Bonjour,
    Au lieu de gaspiller votre énergie à trouver les fautes d’orthographes dans des articles. Mobilisez vous à agir concrètement contre ce système de contrôle du net…..

    Ha oui, il y a sûrement des fautes dans mon commentaire, perso, je m’en……..

  7. Beaucoup de personnes pour corriger…Et aucune pour comprendre la faute ! :
    c’est « Si l’on pouvait » lorsqu’on utilise le mode impersonnel.
    Donc, si l’on pouvais aussi bien pardonner aux employés les fautes qu’on se pardonne entre patrons, le monde ne s’en porterait que mieux….Hi, hi, hi !

Les commentaires sont clos.